Live News

Faute de pouvoir être livrés, des fruits et légumes abandonnés dans des plantations du Sud

Farad Jugon vit un véritable cauchemar. Le président de la Riche-Bois Marketing Agricultural Cooperatives Ltd, qui regroupe de nombreux planteurs à Camp-Diable, dans le Sud, parle d'importantes pertes financières, ce mardi 30 mars. Et pour cause : les agriculteurs ne peuvent faire acheminer leurs produits sur le marché.

Le spectacle est désolant : plus de 100 tonnes de melon d’eau, 60 tonnes de calebasses sans compter des hectares de margozes abandonnés dans les plantations faute de pouvoir être livrés sur le marché. 

Farad Jugon estime les pertes à plusieurs centaines de milliers de roupies. Il explique qu’en raison du confinement, le nombre de marchands se rendant dans les plantations a drastiquement diminué. Car plusieurs d’entre eux n’ont pas de Work Access Permit. Il affirme aussi que parmi ces planteurs se trouvent aussi des habitants de la zone rouge des Plaines-Wilhems qui ne peuvent se déplacer. Ce qui aggrave davantage leur situation. 

Farad Jugon souhaite que les autorités fassent le nécessaire pour que les planteurs bénéficient d’un dédommagement du Small Planters Welfare Fund, malgré le fait que le coronavirus ne se trouve pas dans le contrat d’assurance. Le président de la Riche-Bois Marketing Agricultural Cooperatives Ltd explique que le document ne couvre actuellement que les inondations, les sécheresses et d’autres calamités naturelles.

Kreepalloo Sunghoon, secrétaire de la Small Planters Association, explique que plusieurs planteurs à travers le pays se trouvent dans la même situation. En premier lieu, ils ne peuvent livrer leurs légumes sur le marché. Et ils ne sont pas seuls à payer les pots cassés : « Il y a des légumes en abondance. Mais, avec ce problème qui subsiste au niveau de la distribution, on constate une hausse de prix là où il y a une pénurie » dit-il. 

Le secrétaire de la Small Planters Association fait ressortir que les planteurs ont subi d’énormes pertes financières durant cette période. À cet effet, il souhaite que le gouvernement vienne, à travers le prochain Budget, avec « un filet de protection pour les couvrir durant une pandémie ». 

  • Health matters

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !