Faits Divers

Fausses promesses d’emplois sur des bateaux de croisière : une femme de 54 ans condamnée à 12 mois de prison

Cour intermediare

Marie Alice Cécile Naiken, 54 ans, a été condamnée pour escroquerie à 12 mois de prison par la cour intermédiaire, le 25 février 2019. Elle a aussi écopé d’une amende de Rs 10 000 pour « recruiting workers without licence ». C’est le jugement rendu par la cour intermédiaire.

Entre septembre 2010 et octobre 2010, cette dame de 54 ans a commis sept délits d’escroquerie à Grand-Baie, en arnaquant sept personnes : un Maintenance Officer de 27 ans, un mécanicien de 41 ans, un homme de 71 ans, un cuisinier de 22 ans et trois femmes âgées de 18, 44 et 49 ans. Elle leur avait fait des fausses promesses d’emplois sur des bateaux de croisière.

Le mode opératoire de l’accusée était de faire croire à ses victimes qu’elle pouvait entreprendre des démarches pour leur décrocher un emploi sur des bateaux de croisière. Pour les berner, elle les a même montré des photos sur son ordinateur portable. Convaincues par les propos de la dame, les sept victimes lui ont remis des sommes de Rs 15 000, Rs 22 000, Rs 5 000, Rs 11 000, Rs 11 000, Rs 15 000 et Rs 15 000. C’est bien après que les victimes ont compris le subterfuge de l’accusée. Elles ont alors porté plainte à la police. Ce qui a mené à l’arrestation de Marie Alice Cécile Naiken.

« Deux témoins introuvables »

Lors de son procès, elle avait plaidé coupable à l’accusation de « recruiting workers without licence ». Toutefois, Marie Alice Cécile Naiken avait plaidé non coupable aux accusations d’escroquerie. Le 3 mars 2011, elle avait déclaré à la policière Bhugaloo : « mo finn bien konpran sarz ki ena kont moi ek la polis finn explik mwa bien. Tou se ki mo ena pou dir mo pou dir li dan la kour. »

Trois des sept accusations d’escroquerie ont été rayées, dont deux en l’absence de témoins qui sont restés introuvables et la troisième en raison des incohérences dans les propos du témoin. Ce qui a fait que la poursuite n’a pu établir l’accusation.

Toutefois, se fiant aux témoignages des autres victimes, la cour l’a reconnue coupable sous quatre accusations d’escroquerie. La cour a aussi noté que l’accusé a remboursé des sommes de Rs 44 300 et Rs 15 000 à ses victimes. Ayant constaté que l’accusée a des antécédents similaires et qu’elle a récidivé, la cour est ainsi d’avis qu’une peine d’emprisonnement était justifiée.