Live News

Facture d’électricité : pourquoi vous payez plus cher

ceb

Ces derniers mois, plusieurs abonnés ont vu leurs factures d’électricité grimper. Une augmentation qui serait due à une hausse de la consommation, indique-t-on au Central Electricity Board. Explications. 

electricite

Les 3 explications données 

  • Forte chaleur

La chaleur de ces derniers mois n’est pas étrangère à la hausse de la facture de l’électricité. « Il fait plus chaud à cette époque de l’année, et, dans bien des cas, les gens ont tendance à consommer plus d’énergie sans qu’ils s’en rendent vraiment compte », explique Shamshir Mukoon, directeur par intérim au CEB, qui rassure, au passage, la population qu’il n’est nullement question de hausse en catimini et encore moins de surfacturation. 
« C’est vrai qu’il a fait très chaud ces derniers temps et il est vrai que les Mauriciens se sont rabattus sur les ventilateurs et autres moyens pour une vie plus agréable », ajoute Suttyhudeo Tengur, président de l’Association for the Protection of the Environment and Consumers. Claude Canabady, porte-parole de la Consumers’ Eye Association, abonde dans le même sens. 

« Le pays a connu des changements climatiques assez conséquents cette année avec des fluctuations dans la température pendant toute l’été. Évidemment, ces variations de la température ont provoqué une augmentation dans l’utilisation de l’énergie électrique pour faire fonctionner les ventilateurs et les climatiseurs à titre d’exemple », avance Claude Canabady. D’où la recommandation de Mosadeq Sahebdin, porte-parole de la Consumer Advocacy Platform, de contrôler l’utilisation de ces équipements. « Si, par exemple, on laisse le ventilateur allumé alors qu’on quitte la maison pour une longue période, le compteur va continuer à tourner », avance-t-il. 

  • Factures regroupant deux mois 

Pratiquement chaque année, indique Shamshir Mukoon, la facture des abonnés a tendance à grimper au mois de février. Une situation qui s’explique par le fait qu’en février, la facturation regroupe en partie les mois de décembre et de janvier.

  • Appareils électriques plus gourmands 

Avec la chaleur, souligne-t-on au CEB, les appareils électriques (climatiseur, ventilateur, réfrigérateur, etc.) consomment plus d’énergie que d’habitude. Au CEB, on précise, d’ailleurs, qu’il y a eu une « hausse considérable dans la fourniture d’électricité, avec une pointe de 491,7 MW en février ». « La facturation correspond donc à la consommation », fait ressortir Shamshir Mukoon. 

Consommation plus élevée en décembre et janvier  

Mois  Énergie produite (kWh) Énergie consommée (kWh)
Octobre 2018  231 240 314  228 137 416
Novembre 2018 243 793 273 240 563 955
Décembre 2018 267 816 533 264 157 159
Janvier 2019 279 152 615 275 335 673
Février 2019 250 204 641 246 654 194
Mars 2019 283 277 967* Chiffres pas disponibles

416 557 abonnés à Maurice 

  Maurice  Rodrigues 
Abonnés domestiques 416 557 13 123
Abonnés commerciaux 41 920 1 541

 

Conseils pratiques pour réduire sa facture

  • Observer les règles de base de l’économie d’énergie : éteindre les ampoules quand on quitte une chambre, ne pas laisser ouverte longtemps la porte du frigo, ne pas laisser les appareils, tels que les téléviseurs, en veille quand ils ne sont pas utilisés, garder les portes et fenêtres fermées lors de l’utilisation du climatiseur. 
  • Utiliser des ampoules économiques dont la durée de vie est plus longue.
  • Faire un usage judicieux des appareils électroménagers surtout pour la cuisson. Il est préférable d’avoir recours au gaz qui est subventionné par l’État et qui est bien plus économique par rapport à l’électricité.
  • Assurer qu’il y a une bonne circulation d’air dans sa maison en s’assurant que toutes les portes et fenêtres soient ouvertes.
  • Vérifier sa facture aussitôt qu’elle est livrée, même si on paie par virement bancaire. 
  • Se plaindre si une anomalie importante est observée. 

Parole aux associations de consommateurs 

Claude Canabady : «Le consommateur doit contacter le CEB en cas d’anomalie»

claude« Dans une année où il y aura des élections générales, le gouvernement en place serait mal avisé de considérer n’importe quelle augmentation dans les prix des services de l’État », avance Claude Canabady, porte-parole de la Consumers’ Eye Association. Néanmoins, poursuit-il, les consommateurs n’ont qu’à vérifier leurs factures précédentes et en faire la comparaison des coûts par unité et par facture. « S’il y a des anomalies, il devrait contacter l’autorité concernée immédiatement », recommande-t-il. Claude Canabady estime, par ailleurs, qu’il est grand temps que les autorités concernées donnent des conseils écologiques et pratiques à ceux et celles qui envisagent de construire une maison « De facto, on économisera beaucoup plus d’énergie tout en protégeant l’environnement », conclut-il.


Mosadeq Sahebdin : «Il faut voir de près les paliers de facturation» 

mosadeqMosadeq Sahebdin, porte-parole de la Consumer Advocacy Platform, est catégorique. « Les tarifs d’électricité doivent être approuvés par le gouvernement, ensuite annoncés et mis en application », souligne-t-il. Il faut savoir, fait ressortir Mosadeq Sahebdin, que les tarifs sont imprimés sur le dos des factures. « Un examen des factures des derniers mois peut confirmer si elles sont restés les mêmes. En sus, il faut voir de près les paliers de facturation. Un abonné, dont la consommation entre deux mois, dépasse un palier spécifique, peut voir sa facture grimper considérablement. Au-delà de 150 unités, par exemple, le tarif de chaque unité passe de Rs 7,02 à Rs 7,90 », explique Mosadeq Sahebdin. Il juge « regrettable que l’Utility Regulatory Authority (URA) soit entrée dans une phase d’hibernation, avec la démission inattendue du CEO rwandais ». « En l’absence de cette autorité régulatrice, les consommateurs sont privés de recours, le CEB agissant en juge et partie », conclut-il. 


Suttyhudeo Tengur : «Toute hausse du tarif d’électricité doit être avalisée»

tengur« Toute augmentation du tarif d’électricité ou d’eau doit être avalisée par le Conseil des ministres. Valeur du jour, il n’y a aucune justification quant à une augmentation de la facture d’électricité. Le prix de l’huile lourde qu’utilise le CEB n’a enregistré aucune hausse spectaculaire sur le plan mondial », explique Suttyhudeo Tengur, président de l’Association for the Protection of the Environment and Consumers. Donc, Maurice, souligne-t-il, ne peut se permettre de subir « une hausse de son coût d’électricité injustifiée qui pénalise d’abord les consommateurs et surtout le développement du pays ». D’ailleurs, ajoute-t-il, le cours du pétrole au niveau mondial n’a enregistré aucune augmentation et tourne autour de USD 70 le baril. « Selon les spécialistes du marché, cette tendance durera pendant encore quelque temps », fait ressortir Suttyhudeo Tengur.


appareils électriques