Interview

Fabrice David : «Trouver l’équilibre entre jeunesse et expérience»

Fabrice David : «Trouver l’équilibre entre jeunesse et expérience»

Fabrice David, fils de feu le ministre James Burty David, est d’avis qu’il faut injecter du sang neuf au Parti travailliste (Ptr). Le professionnel en environnement, de passage à Maurice depuis le 31 décembre 2018, souligne qu’il est important d’équilibrer jeunesse, modernité et l’expérience.

Pourquoi cet engouement pour la politique ?
D’abord, je suis motivé. Je veux aider les habitants de la circonscription no. 1 (GRNO/Port-Louis Ouest) si la possibilité m’est donnée. Quand un père est médecin de profession, l’un de ses enfants s’intéressera forcément à la médecine. C’est tout simplement parce que la passion de nos parents fait que nous nous sentons attirés vers la même profession. Que ce soit pour la politique ou pour n’importe quelle autre profession.

Pourtant vous êtes un professionnel de l’environnement. Votre entrée en politique active n’est-elle pas perçue comme sauter du coq à l’âne ?
Je suis un professionnel dans le domaine de l’environnement depuis 11 ans. Le traitement des déchets à Maurice est source de défis incroyables. Je me suis dit que je pourrais peut-être servir mon pays comme un professionnel de l’environnement.

Vous ne cachez pas votre désir d’être candidat dans la circonscription no. 1 (GRNO/Port-Louis Ouest)…
Je ne suis pas désigné pour être dans cette  circonscription. J’y travaille, car mon père éprouvait un attachement particulier pour cette région où il a été député pendant 14 ans. Et ce, jusqu’à sa mort.

Pensez-vous qu’il faille injecter du sang neuf au Parti travailliste ?
La vision et le souhait de Navin Ramgoolam, le leader du PTr, est d’y injecter de la jeunesse, des idées nouvelles et du sang neuf, comme vous le dites. Cette initiative vise à trouver un bon mélange entre l’expérience et les jeunes qui ont des idées novatrices pour le pays. Mais il est important de trouver le bon équilibre entre la jeunesse et ceux qui sont là depuis plusieurs années, et qui ont de l’expérience.

Que pensez-vous de la « politique de rupture avec le passé » prônée par le leader du PTr ?
J’entends souvent le Dr Navin Ramgoolam  évoquer une politique de rupture. Sachez que j’épouse également cette envie de provoquer une rupture avec certaines pratiques du passé.

Comme par exemple …
Les extrêmes ne sont jamais bons. Il faut toujours trouver l’équilibre entre la rupture, la modernité et les choses anciennes qui fonctionnent toujours. C’est ça l’intelligence.

Quelle est votre analyse de la lourde défaite des Travaillistes lors des élections de 2014 ?
En décembre 2014, le Parti travailliste a enregistré une lourde défaite. Mais l’impression que j’ai depuis plusieurs années, et même depuis ces derniers mois, c’est que le PTr a su apprendre de ses erreurs. L’expérience est la somme des erreurs. Et je puis vous dire que nous avons eu pas mal d’expériences… Nous sommes prêts. 2019 est indéniablement une année électorale et les membres du parti sont déjà sur le terrain pour affronter les prochaines échéances.

À votre avis, quel est actuellement le ‘mood’ de l’électorat ?
Le souhait de l’électorat, c’est que le Parti travailliste soit à l’Hôtel du gouvernement. Regardez les résultats de l’élection partielle tenue dans la circonscription no. 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) en décembre 2017. C’était plus qu’une victoire. Je ne sais pas comment qualifier une élection lorsque le candidat élu obtient le double des voix du second. J’ai l’impression que le changement a déjà commencé.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more