Live News

Exportations - Brexit : l’inquiétude gagne les opérateurs mauriciens

Brexit

Les opérateurs mauriciens suivent de près la situation en Angleterre à la suite du vote au parlement britannique sur le Brexit. Ils ne cachent pas leurs appréhensions et nous livrent leurs impressions.  

Lilowtee Rajmun-Joosery (directrice de la MEXA) : « Situation incertaine »

Lilowtee« Avec l’échec du vote sur le Brexit, nous nous retrouvons aujourd’hui dans une situation d’incertitude », avance Lilowtee Rajmun-Joosery, directrice de la Mauritius Export Association (MEA). Elle prévoit un impact sur l’environnement économique défavorable à la conduite des affaires entre Maurice et la Grande Bretagne. Par exemple, la diminution des exportations de 8% en 2016 et 2% en 2017. Une situation liée aux effets du Brexit sur l’industrie manufacturière, notamment le textile et le thon, tout en causant un effet multiplicateur sur le marché européen.


Cédric de Spéville (président de Business Mauritius) : «  Il faudra rester attentif à certains facteurs externes »

CedricCédric de Spéville, président de Business Mauritius, soutient que Maurice, « étant une économie très ouverte, il faudra rester attentif à certains facteurs externes, comme la signature de nouveaux accords commerciaux entre les États-Unis et la Chine ou encore la hausse du prix du pétrole. D’où l’importance que Maurice pousse encore plus loin ses efforts au niveau de l’innovation et des nouvelles technologies en vue d’améliorer notre compétitivité. Nous devons aussi mettre les bouchées doubles pour établir le fameux corridor Asie-Afrique ».


Ganessen Chinnapen (économiste) : « Trouver des mécanismes pour stimuler le secteur d’exportation »

Ganessen« Cet événement est crucial pour l’économie mauricienne et le secteur d’exportation doit se réinventer. D’ailleurs Maurice importe plus qu’elle n’exporte, ce qui se traduit par un déficit commercial », explique Ganessen Chinnapen. « Notre pays doit être une économie globalement compétitive de manière à bien s’intégrer dans le système des échanges mondiaux. Face à Brexit, il  faut revoir les accords bilatéraux et il est impératif de trouver des mécanismes pour encourager le secteur d’exportation à Maurice ».


Amar Deerpalsing (président de la Fédération des PME) : «Pour dynamiser l’exportation, il faut avoir la valeur ajoutée »

AmarAmar Deerpalsing, président de la Fédération des PME, fait ressortir que le Brexit peut affecter principalement les grandes entreprises. Toutefois, avance-t-il, les PME exportant dans la région ne seront pas touchées par cette éventualité. « Il est d’ailleurs grand temps d’améliorer les produits locaux à travers la valeur ajoutée. C’est pour arriver à se différencier sur ce marché  compétitif qu’est le marché international ».


Maxime Koon (président de l’Association of Textile and Apparel Manufacturers) : « Cibler les marchés africains doit être une priorité »

Selon Maxime Koon, président de l’Association of Textile and Apparel Manufacturers, en raison de l’échec du vote de l’accord sur le Brexit, les grosses entreprises mauriciennes écoulant leurs produits vers certains pays peuvent être affectées. L’industrie textile, poursuit-il, sera plus en difficulté en 2019. « Le secteur doit donc cibler de nouveaux marchés africains tout en restant créatif et en apportant une valeur ajoutée pour que le secteur d’exportation puisse tourner à plein régime », avance-t-il. Fait intéressant : les PME préfèrent exporter uniquement dans la région.


Kendall Tang (directeur exécutif de RT Knits) : « Maurice pourrait avoir des difficultés pour exporter »

TangAvec la hausse du coût de production et la compétitivité féroce, Brexit est un autre défi à surmonter, soutient Kendall Tang, directeur exécutif de RT Knits. Maurice, souligne-t-il, pourrait avoir plus de difficultés pour exporter ses produits.


Mesures phares pour booster l’exportation

  • Le gouvernement a pris les mesures nécessaires pour renverser la tendance baissière des volumes et valeurs d’exportations. Le speed-to-market scheme prévoit un remboursement à la hauteur de 40% du coût du transport aérien vers l’Europe pour les textiles, bijoux, fruits et dispositifs médicaux. En septembre 2017, Rs 15 millions ont été versées à 33 entreprises.
  • Il y a aussi la réduction de l’impôt de 15% à 3% pour encourager les entreprises manufacturières à augmenter leur capacité d’exportations.
  • Il y a également l’exemption du paiement de la taxe sur le revenu pendant huit ans pour les nouvelles entreprises qui fabriquent des produits pharmaceutiques, médicaux et des produits de haute technologie.

Les conséquences attendues du Brexit

  • Le Brexit pourrait avoir une incidence négative sur d’autres pays européens, entraînant l’euro vers le bas.
  • Dans le court terme, la livre sterling sera sous pression.

En chiffres

Selon la MEXA, depuis le référendum sur le Brexit en juin 2016 jusqu’au décembre 2017, nos exportations vers la Grande-Bretagne, hormis le sucre, ont diminué de 5% (Rs 400 millions).

Le secteur textile a subi de plein fouet l’impact du Brexit avec des exportations qui ont chuté de 8% en 2016.


Bon à savoir

  • Le terme Brexit est un composé des termes British et Exit. Il s’agit en effet de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.
  • Brexit n’a pas d’incidence sur les importations car ces dernières se font majoritairement en dollars.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !