Actualités

Expatriés : ces Français amoureux de l’île Maurice

Français

Ils sont environ 10 000 à avoir fait le choix de vivre sous les tropiques. À 12 000 kilomètres de leur pays natal, ces Français disent croquer à pleines dents leur vie au paradis.

lilianeCela fait quatre années qu’elle a quitté Paris pour s’installer à Albion. Liliane Schklartschik ne regrette cependant pas une seconde la décision de quitter son pays. Le jeu en vaut la chandelle. « Je n’ai aucun regret. L’île Maurice, c’est le pays où je devais être. La vie est bien moins chère et bien plus agréable qu’en France. Nous pouvons facilement faire des économies et, en même temps, profiter de la beauté naturelle et culturelle de l’île », soutient la jeune femme.

En fait, c’est son fiancé qui avait trouvé du travail dans une entreprise mauricienne. Et Liliane l’a suivi et est vite tombée sous le charme de l’île. « J’ai un faible pour les belles plages de sable blanc et les beaux couchers de soleil. L’île Maurice est très accueillante. Mon fiancé et moi, nous avions choisi de donner une autre orientation à notre vie et nous sommes aujourd’hui très fiers de notre choix. Grâce à nos économies, nous pouvons envisager de visiter des pays que nous n’aurions jamais peut-être eu l’idée de visiter si nous étions restés en France », avoue Liliane.


Une explosion de sensations

nicolasOutre le cadre apaisant et le climat ensoleillé, c’est la quête d’inspiration qui a incité certains expatriés à poser leurs valises à Maurice. Nicolas Tarik, originaire de Lyon, est de ceux-là. « Lors de mon séjour à Maurice, j’ai pu découvrir une nouvelle culture musicale, une nouvelle façon de vivre et de penser. C’était, pour moi, une explosion de sensations. Les couleurs sont plus vives et on y découvre une nature généreuse », explique-t-il.

En quête d’inspiration musicale, Nicolas Tarik a profité de son séjour pour « s’imprégner de la culture musicale » de l’île Maurice. « On découvre des langues diverses. Il y a un métissage rare ici entre les cultures des continents. Bien vite, on commence à regarder et à décrypter le monde autour de soi. Il s’agit sans aucun doute d’une aventure passionnante ».


Un rythme de vie calme

Clément Kerneur

Clément Kerneur a débarqué à Maurice en 2014, lui aussi pour le travail. Pour lui, l’île Maurice est tout simplement parfaite pour une première expérience d’expatriation. «  Je n’ai pas hésité une seconde quand l’occasion m’a été présentée par le biais d’un ami. J’ai quitté mon travail à Paris. Le fait qu’il n’y existe aucune barrière de langue, permet à l’île Maurice d’offrir une véritable ouverture aux les étrangers. En plus, il n’y a que deux et trois heures de décalage horaire entre l’île et la France  », fait valoir Clément Kerneur. Développeur informatique de profession, il dit avoir été séduit par le rythme de vie relativement calme. « La vie est bien moins stressante ici. Le climat ensoleillé tout au long de l’année est définitivement un avantage ».

Le sentiment de Clément Kerneur est aussi partagé par Cécile Mallet. Originaire de La Rochelle dans le sud-ouest de la France, elle a quitté son pays natal en 2017 pour jeter l’ancre sur les côtes mauriciennes. Un an après son arrivée, la jeune femme soutient être toujours sous le charme de l’île. « Qui pourrait rêver mieux que de travailler dans un cadre paradisiaque loin de la grisaille parisienne ? C’est la 2e fois que je pars à l’aventure en tant qu’expatriée et je peux dire qu’on y prend vite goût. Les rencontres, la culture, la nourriture… Le mode de vie en général est tellement apaisant que j’ai l’impression d’être dans une bulle paradisiaque, perdue au milieu de l’océan Indien. C’est très apaisant », dit-elle.


Investisseurs français à Maurice : une destination très prisée pour les affaires

audeLes sondages effectués par l’ambassade de France démontrent que l’implantation des entreprises françaises à Maurice a connu une hausse notable au cours de ces dernières années. La France est sans conteste le premier pays investisseur avec plus de Rs 4,5 milliards contribuées au flux des investissements directs étrangers (IDE) en 2017.

Selon les statistiques compilées par le Board of Investment (BoI), à mai 2018, on compte 408 investisseurs français à Maurice, 386 retraités, 1 090 professionnels et 182 qui travaillent à leur compte. Par ailleurs, environ 13  000 salariés sont employés à Maurice par des étrangers, dont les capitaux sont majoritairement français, dans des activités comme les relations clients à distance, les services informatiques, la distribution et le tourisme.

Quels sont les facteurs qui encouragent les Français à investir chez nous ? Selon Aude Leclerc, une expatriée française, spécialiste dans la vente immobilière, Maurice possède plusieurs atouts, dont le bilinguisme. « Maurice à l’avantage d’être un pays anglophone et francophone, ce qui facilite l’installation des Français sur l’île. Il existe aussi des écoles qui proposent le cursus français, ce qui est important pour les familles avec des enfants scolarisés. Il y a bien sûr, la qualité de la vie, avec un climat très agréable et des hivers doux, des supermarchés qui proposent des produits européens et des cinémas proposant des films français, entre autres », explique-t-elle.

Les avantages fiscaux sont aussi des facteurs favorables à l’investissement des Français à Maurice. « La fiscalité est un vrai plus pour les Français. Il n’y a pas de droits de succession et pas de taxe sur la plus-value, pas de taxe d’habitation, pas de taxe foncière et pas de taxe sur les dividendes. L’impôt sur le revenu n’excède pas 15  %. Que demander de plus ? » fait valoir Aude Leclerc.

Notre intervenante ajoute que les lois immobilières jouent également un rôle important. Depuis 2009, les autorités ont mis en place plusieurs plans, dont le Real Estate Scheme (RES) et plus récemment le Property Development Scheme (PDS) dans le but d’attirer les investisseurs étrangers. « Ces lois permettent aux non-Mauriciens d’acquérir un bien en toute propriété à Maurice dans des résidences qui proposent des villas individuelles ou des appartements avec de belles prestations. Un véritable atout pour booster l’investissement ».


Marie de Comarmond, présidente de l’Association démocratique des Français à l’étranger : «Maurice et la France partagent des valeurs fondamentales»

marieComment décririez-vous la relation entre les Français et l’île Maurice ?
Il est vrai que la communauté française à Maurice est en nette progression depuis quelques années. 11 000 Français sont inscrits au registre de l’Ambassade de France à Maurice. Si dans le passé, ils étaient surtout des binationaux, maintenant pratiquement la moitié des inscrits sont des Français qui s’établissent à Maurice pour une durée de plus de six mois. Je pense que les Français entretiennent depuis toujours une affection particulière avec l’île Maurice qui, il faut le dire, offre bien des avantages pour une population francophone qui recherche une certaine douceur de vivre dans un cadre tropical ensoleillé. Le sens incomparable de l’accueil des Mauriciens contribue aussi beaucoup aux avantages qui permettent de joindre l’utile à l’agréable. Si beaucoup d’entre eux sont retraités et viennent dans l’île pour des durées plus ou moins longues, d’autres, encore dans la vie active, viennent profiter du niveau de fiscalité qui est un élément parmi d’autres à prendre en considération.

Comme l’avait souligné l’ambassadeur de France à Maurice dans un récent entretien, Maurice et la France sont des partenaires de longue date. Il y a des liens forts entre nos deux pays. Il y a l’héritage historique, et nous partageons une communauté de valeurs fondamentales que sont la démocratie, la liberté, le respect de l’État de droit et la volonté d’agir ensemble sur des enjeux globaux comme le changement climatique. La France est un partenaire économique important de Maurice. Nous sommes très engagés avec plus de 200 entreprises françaises, et y sommes le premier investisseur étranger.

Que faites-vous au niveau de votre association pour faciliter l’adaptation des Français à Maurice ?
Français du Monde-ADFE est une association reconnue d’utilité publique qui a été créé en 1980 et qui est présente dans de nombreux pays où la communauté française est présente. Notre but est de permettre aux Français de toutes origines vivant à l’étranger de rester en contact avec notre pays et d’approfondir les liens avec les populations.

La section mauricienne de Français du Monde ne déroge pas à la règle. Notre vocation est d’être là pour aider les plus démunis, pour accompagner ceux qui en ont besoin dans leurs démarches administratives. Nos dossiers sont surtout concentrés sur la santé, l’éducation et les retraites. Nous faisons aussi le lien entre toutes les communautés. Nous œuvrons aussi pour familiariser les nouveaux venus avec l’histoire, la culture, les us et coutumes du pays hôte. Cela se traduit par des sorties récréatives qui permettent de découvrir l’île tout en sympathisant les uns avec les autres.

Quels sont les obstacles que les expatriés français doivent parfois surmonter ?
Des difficultés, il peut y en avoir bien sûr. Nous travaillons en étroite collaboration avec l’Ambassade de France, le Consulat et la Société Entraide et Bienfaisance (SEB) et dans la majorité des cas nous arrivons à résoudre les problèmes qui se posent à nous. Je dirai que les difficultés viennent de ceux qui souhaitent s’expatrier sans avoir étudié au préalable toutes les implications. Cela fait aussi partie de notre mission : renseigner au mieux les candidats à l’expatriation. Nous traitons de nombreux dossiers chaque mois. Nous avons édité, à ce sujet, un petit livret dans lequel nous répondons aux questions les plus fréquemment posées.

Jouer Mega Millions