Live News

Expansion des réseaux de téléphonie mobile - Le CEB : «Les pylônes de Mauritius Telecom et d’Emtel sont un danger»

pylône Une distane de 4 mètres doit être observée entre chaque pylône.

L’installation de pylônes de fibre optique de Mauritius Telecom et d’Emtel sous les lignes de haute tension du réseau du Central Electricity Board représente un gros danger à la sécurité publique. Le CEB a adressé un sévère avertissement aux deux compagnies de téléphonie mobile et les somme d’enlever ces poteaux.

Le Central Electricity Board (CEB) sort l’artillerie lourde dans un litige qui l’oppose aux firmes Emtel et Mauritius Telecom. Dans des correspondances adressées à plusieurs reprises aux deux compagnies, le CEB leur demande d’enlever les pylônes qu’ils ont installés sous son réseau de lignes à haute tension car ils représentent un danger public. Une déposition a été consignée par un préposé du CEB contre la compagnie Emtel, il y a environ trois semaines. Cette démarche ferait suite à l’installation de pylônes de fibre optique sur le réseau dudit organisme à la route Saint-Paul, Vacoas, à moins d’un mètre des pylônes du CEB.

Brûlures, électrocutions

Le CEB insiste que les pylônes de Mauritius Telecom installés à Melrose, Montagne-Blanche, Valetta et ailleurs devraient être enlevés. Il a établi une liste des régions où les pylônes de fibre optique de Mauritius Telecom se trouvent sous son réseau.

« Ces réseaux comprennent des lignes de haute tension de 22 000 volts (22 kV). Ce champ électrique est susceptible de provoquer des brûlures, voire des électrocutions, du fait que les câbles ne sont pas isolés », explique un haut cadre du CEB sous le couvert de l’anonymat. Selon lui, « l’installation des pylônes des deux compagnies de téléphonie mobile est illégale. »

Conformément à la Occupational Safety & Health Act, poursuit le haut cadre du CEB, il doit y avoir une distance minimale de quatre mètres entre chaque pylône. « Mais tel n’est pas le cas. Au niveau du CEB, on se demande si les compagnies ont obtenu l’autorisation préalable de la Road Development Authority », ajoute notre source.

«En règle», selon Emtel

Le Défi Quotidien a sollicité le point de vue de la compagnie de téléphonie privée Emtel. Elle soutient que « tout est en règle » et qu’« Emtel opère conformément aux stipulations de son permis ». « Nous sommes en train d’étudier le cas. Mais la compagnie doit aller de l’avant avec son projet d’expansion. Nous sommes en règle avec les autorités. Le CEB doit traiter tous les opérateurs de la même manière, car Emtel n’est pas la seule compagnie à placer des câbles à fibre optique aériens. Il y a un autre opérateur de service », précise un de ses cadres.

Mauritius Telecom a aussi été sollicitée pour des explications sur ce litige. Un préposé de sa cellule de communication explique que la compagnie « a pris note d’une correspondance du CEB ». « Notre équipe travaille sur ce dossier afin de décider de la marche à suivre », a-t-il affirmé.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation