Live News

Excision des Chagos : « Les Mauriciens à Lancaster House ont agi sous contrainte », dit Pravind Jugnauth 

Chagos

Le Premier ministre Pravind Jugnauth considère que les représentants mauriciens qui faisaient partie des pourparlers pour l’accession de Maurice à l’Indépendance, à Lancaster House, en 1965 ont agi sous la contrainte. C’est ce qui les a poussés à accepter que l’archipel des Chagos soit excisé du territoire mauricien. C’est ce qu’il a fait ressortir dans un discours fleuve devant le groupe parlementaire britannique dans le cadre du Sommet des chefs d’état et de gouvernement du Commonwealth, à Londres, ce lundi 16 avril. Il souligne également que le Conseil des ministres qui a pris cette décision n’était pas celui d’un état souverain, mais bien celui d’un pays colonial. 

Dès le début de son discours, le chef du gouvernement est entré dans le vif du sujet en déballant le dossier Chagos, rappelant que le démembrement du territoire mauricien est contraire aux lois internationales et à la résolution 1514 des Nations Unies. Tout en mettant de l’avant les liens « privilégiés » entre la Grande-Bretagne et Maurice ainsi que leurs valeurs communes, il avance que l’île ne pourra compléter le processus de décolonisation si les Chagos demeurent sous tutelle de Londres. Il indique que les îles d’Aldabra, de Desroches et de Farquhar faisaient partie du British Indian Ocean Territory aux cotés des Chagos mais que les trois ont été restituées aux Seychelles peu avant son indépendance. 

Pravind Jugnauth a aussi indiqué que les gouvernements successifs ne remettront pas en question le bail accordé aux Américains pour la base militaire sur l’atoll de Diego Garcia. 

 

 

Jouer Mega Millions