Actualités

Examens de PSAC, SC et HSC : quelque 700 policiers percevront une allocation

Les policiers mobilisés dans le cadre de la tenue des examens pour les cycles primaire et secondaire obtiendront une allocation. C’est ce qu’a fait comprendre Leela Devi Dookun-Luchoomun au Parlement le mardi 17 septembre 2019.

La ministre de l’Éducation répondait à une question parlementaire du Whip de l’opposition, Dan Baboo. Le député du PMSD voulait savoir si les policiers mobilisés pour ces examens l’année dernière ont perçu une allocation. Leela Devi Dookun-Luchoomun a alors fait savoir que les procédures ont déjà été enclenchées. « Suivant plusieurs requêtes faites par le syndicat de la police pour le paiement d’une allocation aux policiers postés dans les centres d’examens et de correction, dans le cadre des examens du Primary School Achievement Certificate (PSAC), du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC) pour l’année 2018, le Mauritius Examinations Syndicate (MES) a déjà enclenché les procédures y relatives », a déclaré la ministre.

Selon un haut gradé de la police, le quantum pour le paiement de ces allocations n’a pas encore été défini. Il précise que deux options s’offrent néanmoins au MES. « Le MES peut choisir d’aligner le montant de l’allocation sur celui des ‘invigilators’ qui tourne autour de Rs 1 200. Ou alors, l’allocation peut être payée en fonction des tarifs pratiqués par la police dans le cadre des Extra Duties, soit de Rs 600 pour les trois premières heures et Rs 200 pour chaque heure additionnelle », dit notre interlocuteur. 

Prenant le cas des examens de PSAC, le haut gradé explique que quelque 700 policiers sont concernés lors de la tenue des examens dans les quelque 300 centres. 

Pour chaque établissement, le haut gradé indique qu’un constable ou un caporal est posté à la porte et ce, dès 7 h 30 le matin. « Il doit s’assurer qu’aucune personne non autorisée ne pénètre l’établissement », avance-t-il. Quant au deuxième policier, notre interlocuteur indique qu’il doit être présent lorsque les enveloppes contenant les papiers d’examens sont ouvertes par le Presiding Invigilator et il doit ensuite y apposer sa signature.

Les policiers doivent aussi assister le Presiding Invigilator dans l’inspection de l’établissement, notamment les salles de classe, les couloirs, les escaliers et les toilettes, etc. Ils doivent aussi s’assurer qu’aucun bruit ne vienne perturber les étudiants, que ce soit des constructions aux alentours, de la musique un peu trop fort, etc.

D’autres unités de la police sont aussi sollicitées, à savoir l’Emergency Response Service (ERS) et la Divisional Support Unit (DSU). « Elles doivent patrouiller fréquemment aux abords des centres d’examens. Les membres du service de renseignement de la police sont aussi sur le terrain », ajoute le haut gradé. 

Parallèlement, une sentinelle est postée au siège du MES à Réduit 24/7 durant tout le long des examens. « Le jour des examens, la présence policière est renforcée au MES, quand les papiers d’examens quittent le MES et lorsque les scripts y sont acheminés dans l’après-midi. C’est le cas aussi le jour de la proclamation des résultats », dit-il. 

Trois Bomb Disposal Team mobilisées

La Bomb Disposal Team de la Special Mobile Force est aussi mise à contribution. Pas moins de trois équipes sont mobilisées. Celles-ci sont basées à trois endroits stratégiques : au QG de la SMF à Vacoas, aux Casernes centrales et au Division Head Quarter de Flacq. Les trois équipes doivent pouvoir intervenir « at short notice ». 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !