People

Ex-policier amputé : Mehfooz Oozeer à la recherche d’une qualification mondiale

Mehfooz Oozeer Mehfooz espère trouver un fauteuil de course grâce à un sponsor.

L’histoire de Mehfooz Muhammad Oozeer, ex-policier amputé du pied gauche, est bouleversante. Le jeune homme de 23 ans a trouvé son salut dans la pratique sportive. Il est à la recherche d’une qualification mondiale au championnat du monde paralympique, qui se tiendra à Dubayy au mois de novembre de cette année.

Alors qu’il aspirait à une brillante carrière dans la force policière, son monde s’est arrêté six mois après son affectation dans un police de police. Originaire de Médine- Camp-de-Masque, Mehfooz Oozeer était un poste depuis son admission au collège New Educational.

Après ses résultats de Higher School Certificate (HSC) en 2014, il entame des démarches pour être enrôlé dans la force policière. En 2015, il passe tous les tests d’aptitude et débutent pour lui six mois d’entraînement intense. Mehfooz nous raconte qu’il avait déjà une grosseur au niveau du genou, mais que cela n’avait aucune incidence sur ses activités sportives. Au mois d’octobre, c’est avec fierté que ses parents assistent à la parade pour voir défiler Mehfooz en uniforme d’apparat. Il est posté au poste de police de Camp-de-Masque. Deux mois après son affectation, il ressent une gêne au niveau du genou. Il se rend à l’hôpital Victoria pour subir des tests. Il subit une biopsie et les résultats démontrent l’existence d’une tumeur qui a touché l’os. Le médecin lui annonce que le  traitement est d’une durée d’un mois et qu’il devra rester à l’hôpital. À aucun moment, il n’a pensé à la gravité de sa maladie. Il pensait qu’il serait guéri et serait sur pied après son traitement.

Infection du pied gauche

En 2016, Mehfooz se rend  à Chennai, en Inde, pour une opération chirurgicale  pour la pose d’une prothèse à l’intérieur de son genou. Malheureusement, à son retour, la prothèse a infecté son pied gauche.

Le docteur lui fait comprendre qu’il n’y a d’autre choix que l’amputation du pied gauche jusqu’au genou pour éviter la gangrène. Mehfooz résiste et ne donne pas son accord. Bouleversé, il pleure en silence dans sa chambre et se renferme sur lui-même. Il n’arrive pas à trouver des réponses aux nombreuses questions qui l’assaillent. Seul dans sa chambre, il n’adresse la parole à personne. Son monde s’est écroulé alors qu’il se croyait promis à un bel avenir dans la force policière. Le soir, il ne trouve pas le sommeil et les images de sa jeunesse défilent devant ses yeux. 

Son salut viendra au mois de décembre 2017, alors qu’il regarde à la télévision la cérémonie de remise des oscars aux athlètes mauriciens.  Son attention est attirée par Noëmie Alphonse, une jeune fille amputée qui est désignée meilleure athlète et qui participe régulièrement à des compétitions paralympiques en fauteuil roulant.

C’est le déclic dans sa tête et il prend la décision d’accepter l’amputation de son pied gauche. À son réveil sur son lit à la clinique Medisave, il est bouleversé et choqué. Il a envie de crier et de pleurer toutes les larmes de son corps meurtri. Cependant, après une période de trois mois pour la cicatrisation, il commence à reprendre courage pour affronter la vie. Il se fait poser une prothèse et apprend à marcher. Les regards des gens lui donnent envie de fuir, mais il demande au Créateur de lui donner du courage pour affronter sa nouvelle vie.

Le club handisport Magic

Mehfooz se joint au club handisport Magic, où il est bien accueilli par les dirigeants et les athlètes, et surtout par l’entraîneur Jean Marie Bhageerutty et l’athlète Noëmie Alphonse.

Commencent alors les entraînements en fauteuil roulant sur les distances de 100, 200, 400, 800 et 1 500 mètres. Mehfooz s’entraîne 6 jours sur 7. Il grimpe les collines pour améliorer son endurance, fréquente un gymnase pour avoir une masse corporelle et se rend au stade Maryse Justin tous les jours. Au mois de mai 2018, Mehfooz s’est rendu en Suisse pour participer à un grand prix sur 100, 200 et 400 mètres. Son objectif, c’est les minima pour la qualification pour les mondiaux paralympiques, qui se tiendront à Dubayy au mois de novembre de cette année. Au mois de janvier 2019, en compagnie de Noëmie Alphonse, Mehfooz avait participé à une course en Australie. Il a enregistré un temps de 16 secondes 07 sur  100 mètres. À Dubayy cette semaine, il tentera d’améliorer son temps.

Pour Mehfooz, le sport a changé sa vie et il regarde dans la bonne direction. Il dit avoir compris comment vivre quand on est unijambiste. Il lance un message aux jeunes qui sont dans la même situation que lui pour qu’ils viennent se joindre au club Magic et retrouver la joie de vivre.

Mehfooz fait face à beaucoup de difficultés. Il vit avec une pension de handicapé de Rs 5 000 seulement. Ce qui n’est guère suffisant pour un athlète de haut niveau. Il a fait une demande à la fédération pour un fauteuil de course, qui coûte entre Rs 300 000 et Rs 400 000. Mehfooz lance un appel aux firmes et aux particuliers pour lui venir en aide financièrement. Ses vitamines et sa nourriture coûtent une fortune. Il dépend de ses parents et voudrait être autonome.

Mehfooz a besoin de votre aide pour continuer à vivre sa nouvelle vie malgré son handicap. Il insiste sur le fait que les athlètes étrangers sont avantagés, car ils ont toutes les facilités. Leur fauteuil de course est plus léger et plus performant. Ils sont suivis par des médecins et des diététiciens. Mehfooz a été sélectionné pour participer aux Jeux des îles, qui auront lieu chez nous en 2019. Vous pouvez le contacter sur le 5913 0823. Un sponsor serait le bienvenu dans son cas.