Actualités

Étude sur l'inclusion numérique : quand WhatsApp facilite la vie des personnes âgées

Devika Seebaruth et Abbass Mamode Devika Seebaruth et Abbass Mamode, les deux participante du projet.

Avec  les développements technologiques, beaucoup arrivent difficilement à suivre le pas et à utiliser ces outils modernes. Cependant grâce à un projet mené par la Mauritius Research and Innovative Council (MRIC) en collaboration avec l'Université de Maurice, plusieurs de nos aînés ont bénéficié de formation et sont devenus des utilisateurs actifs de l’application mobile WhatsApp.

Permettre à nos aînés d'être plus connectés socialement et numériquement. C’est ce qui a été réalisé à travers un projet « Digital Inclusion as one of the Enbaler of Active Ageing : Empowering the elderly to use WhatsApp as an Innovative Communication Tool in Mauritius ». Ce projet, qui a été présenté lors d’un séminaire jeudi 26 Septembre à Ébène, visait principalement à habiliter numériquement les personnes âgées, notamment leur enseignait comment utiliser un smartphone et l’application mobile WhatsApp.

Un outil d’apprentissage a été développé à l’aide de plusieurs logiciels, notamment des animations, l’utilisation de symboles et la voix off en langue créole. C’est le personnage animé féminin appelé Sarah, créé spécialement pour cet outil, qui instruit et explique aux utilisateurs comment se connecter à la Wi-Fi avec leur téléphone mobile et comment utiliser l’application WhatsApp, entre autres.

Âgée de 81 ans, Abbass Mamode était la participante la plus âgée de ce projet. La représentante du Senior Citizen Council de Port-Louis, a confié que la formation dont elle a bénéficié  a changé son quotidien. « La majorité des personnes âgées ont un smartphone mais ne savent pas comment l’utiliser, mis à part recevoir et faire des appels. Mon fils, par exemple, est trop occupé pour m'apprendre comment utiliser un téléphone mobile et les différentes applications notamment WhatsApp»

Elle a souligné que tous les participants ne dépendent désormais plus de personne pour passer des appels, envoyer des messages, entre autres à travers WhatsApp. « Aujourd'hui, nous sommes fièrs d’être devenus indépendants. . Nous pouvons désormais communiquer avec notre famille et nos amis à travers le monde sans problème. Nous remercions chaleureusement les chercheurs de ce projet pour cela », a-t-elle déclaré.

Devika Seebaruth, 64 ans, a, elle, bénéficié des sessions de formation au centre communautaire de Circonstance à Saint-Pierre. « J’ai Internet à la maison mais je ne savais pas comment faire pour me connecter et je n’en profitais pas du tout. J’oubliais aussi ce que mes enfants me montraient. De plus, je devais créditer de l’argent sur mon téléphone pour pourvoir faire des appels. Je communiquais très rarement avec ma famille à l’étranger. Avec cette formation gratuite, j’ai appris comment me connecter à Internet avec mon téléphone mobile et me servir de WhatsApp. Désormais, je peux communiquer sans avoir à dépenser trop d’argent », a-t-elle soutenu.

Quant à Jean Christian Chellembun, il a, de son côté, confié qu’il ne savait pas du tout comment utiliser son téléphone mobile. « Avant nous ne nous intéressions pas à tous ces outils technologiques modernes mais nous avons vu qu’ils rendaient la vie plus facile, surtout pour communiquer. Mon fils m’avait offert un smartphone mais il n’avait pas le temps de me montrer comment l’utiliser. On nous a proposé de suivre des formations au centre de Camp Yoloff et je n’ai pas hésité. Ma femme et moi nous sommes aujourd’hui numériquement indépendants. J’ai fait installer la Wi-Fi chez moi et nous pouvons désormais communiquer à travers le monde sans nous ruiner », a-t-il affirmé.

Le projet

Ce projet avait pour objectif de réduire l’écart entre les personnes âgées et les nouvelles technologies. « Avec l’accroissement du vieillissement de la population, les problèmes sociétaux tels que la solitude et l’isolement deviennent récurrents. C’est donc crucial de réduire cet écart entre personnes âgées et développements technologiques. Nous avons ainsi facilité l’utilisation de l’application mobile WhatsApp pour les personnes âgées grâce à un outil d’apprentissage animé. . Elles ne se sentent plus seules. L’inclusion numérique est donc nécessaire pour l’avenir de notre société », a expliqué le Dr Goonesh Bahadur.

Plusieurs recommandations ont été faites après le séminaire par certains des participants présents, notamment des sessions d’apprentissage supplémentaires et l’extension de ce projet dans tous les centres communautaires de l’île.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !