Live News

Étude du volume de trafic routier : les Infrastructures publiques recherchent un consultant

Les autorités veulent créer une base de données pour gérer le flot de véhicules.

Le ministère des Infrastructures publiques ne veut pas laisser au hasard la décision de construire de nouvelles routes. D’où la recherche d’un consultant pour mener une étude détaillée sur le volume de trafic routier sur les principales routes du pays.

À terme, le gouvernement s’appuiera sur une base de données pour gérer le trafic et décider des constructions de nouvelles infrastructures routières. L’objectif est d’éviter la prise de mauvaises décisions. Le ministère des Infrastructures publiques (MPI) est à la recherche d’un consultant qui pourra mener une étude pour détailler le flot de véhicules à différentes heures. Une première étape dans l’élaboration d’un National Transportation Database System. Au moins 1 500 km de routes seront concernés.

Le document d’appel d’offres indique : « However, it must be said that transportation statistics required for transportation policy and planning have not been systematically collected and managed. Such a situation, if unaddressed, can lead to flawed transportation policies and undermine the sustained economic development of Mauritius ». D’où l’urgence de recueillir des données pour améliorer les transports publics, les réseaux routiers et le volume de trafic.

Ce premier appel d’offres concerne l’élaboration d’un Road Traffic Database (RTD). « The RTD will make available the traffic data needed for the planning, design, construction and maintenance of the country’s road network, which is aimed at meeting the prevailing traffic flow and future traffic growth without considerable deterioration in the quality of service », peut-on lire.

Une des premières responsabilités de la firme, qui décrochera le contrat, sera d’établir un Traffic Volume Counts, notamment une étude pour déterminer le volume de trafic sur les différentes autoroutes et routes de classe A et B, à savoir les artères principales. « The data will have to be analyzed to bring out the hourly & daily variations in traffic », précise le document. 

Également mentionné : « Collection of data on where vehicles start and end their journeys ; what routes they take ; how often they do it and why ». L’étude considérera les routes empruntées par les véhicules, incluant leur point de départ et leur destination mais aussi la fréquence des trajets et les motifs récurrents.

Le consultant devra faire une prédiction des changements de la circulation sur une période de 20 ans. Une fois le contrat décroché, il aura six mois pour compléter ses travaux de recherche et livrer son rapport.