Live News

Esquel (Mauritius) Ltd : Accord trouvé entre direction et employés autour d’une fermeture le 30 novembre

Esquel (Mauritius) Ltd

Le 30 novembre, ce sera la fin d’une histoire qui aura dure environ quatre décennies. Cette date devrait, sauf rebondissement de dernière minute, signer la fin de l’aventure mauricienne du géant hongkongais Esquel à Maurice.

Mardi, la direction du groupe et l’avocat des travailleurs, Assad Peeroo, sont arrivés à un accord par rapport aux indemnites de licenciements sous le regard du ministère du Travail et de l’emploi. Esquel (Mauritius) Ltd compte environ 2 800 salaries, dont 1 700 Mauriciens.

« Nous sommes tombés d’accord sur un mois de compensation par année de service. Cela équivaut à 22 jours de travail. C’est une amélioration par rapport à la proposition initiale de la direction qui était de 15 jours seulement », se réjouit Me Peeroo. Au départ, les employés souhaitaient percevoir trois mois d’année de service.Pour Esquel (Mauritius) Ltd, la compensation sur laquelle les deux parties sont tombées d’accord représenterait un décaissement de plus de Rs 300 millions. Elle devra aussi payer le bonus de fin d’année au pro rata et un mois de préavis, comme la loi lui impose. L’accord sera signé ce jeudi par les deux parties en présence du ministre du Travail Soodesh Callichurn.

Pour Assad Peeroo, « c’est une grande victoire ». Elle laisse cependant quand-même un gout d’amertume chez certains travailleurs qui s’attendaient percevoir plus en terme d’indemnités. « Beaucoup d’entre nous avons connu qu’Esquel. On a sacrifié beaucoup d’années et on se demande aujourd’hui ce que nous pourrons faire pour vivre, car on ne pourra se faire embauches dans d’autres usines », confie Sajhooda, 53 ans.Au ministère du Travail l’on confirme que « les activités vont cesser à la fin de novembre ». Mais, y précise-t-on, des discussions continuent au niveau du ministère des Finances dans l’espoir de pouvoir éventuellement trouver un repreneur ou du moins une solution autre que la fermeture pure et simple des deux usines. Si un repreneur peut être trouvé in extremis, une partie des travailleurs pourra être réembauchée.

Pour ce qui est des ouvriers étrangers, constitués principalement de Bangladais et de Malgaches, environ 700 d’entre eux vont être redéployés vers d’autres compagnies mauriciennes qui ont exprimé leur désir de les employer. Le reste sera rapatrié au frais d’Esquel (Mauritius) Ltd comme l’exige la loi mauricienne.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !