Live News

Escroquerie : un faux officiel de la NEF arnaque un tombaliste

L’escroc avait donné rendez-vous à la victime devant le bâtiment de la NEF.

 
Désillusion pour un tombaliste de 66 ans. Il voulait une maison et s’est fait berner par un escroc, le lundi 8 octobre. Ce dernier s’est fait passer pour un fonctionnaire de la National Empowerment Foundation (NEF) et lui a promis de lui faciliter ses démarches. La police de Pope Hennessy est à la recherche du suspect.

Ils sont plusieurs personnes à avoir été bernées par les promesses d’un escroc qui leur avait donné la garantie de faciliter leurs démarches pour l’acquisition d’une maison. Après les agissements d’un faux officiel de la Mauritius Housing Company, c’est au tour d’un individu qui se fait passer pour un employé de la National Empowerment Foundation (NEF) de faire parler de lui. Les enquêteurs pensent qu’il pourrait s’agir d’une seule et même  personne. Du moins, le mode opératoire est similaire. 

Naden (prénom modifié), un tombaliste âgé de 66 ans, est la dernière victime en date. Le samedi 6 octobre, il était au cimetière de Phœnix quand il a aperçu un homme. Look soigné, portable vissé à l’oreille… « Il était au téléphone et parlait de l’acquisition d’une maison », se souvient-il. 

Puis, l’individu s’est approché. « Linn dir mwa ena de tom pou fer aranze », dit-il. Au fil de la conversation Naden l’interroge sur sa profession. «  Li dir mwa li apel Kevin, me ki bann dimounn konn li lor non Big Boss. Li dir mwa ki li travay NEF ek li an sarz bann lakaz ki dan Henrietta, Beaux-Songes ek Palma. »

Rs 15 000 pour enclencher les démarches

Il ajoute que si Naden le souhaite, il peut faciliter ses démarches pour l’acquisition d’une maison. « Il m’a d’abord expliqué qu’une maison coûtait Rs 750 000. J’allais devoir payer Rs 2 300 mensuellement sur une période de 20 ans. Il a ajouté qu’il faudrait mettre le bien au nom de mon fils et que pour enclencher les démarches, je devais lui remettre Rs 15 000 », se souvient Naden. Les deux hommes ont échangé leurs coordonnées et ils se sont donné rendez-vous le lundi suivant à Port-Louis. 

Le jour convenu, le sexagénaire, muni de l’argent et des documents nécessaires, se rend au bâtiment de la NEF dans la capitale. « Il n’était pas encore arrivé », relate Naden. Après un quart d’heure d’attente, l’escroc se pointe. « Je lui ai remis l’enveloppe contenant l’argent et les documents. Il m’a informé que l’argent devait être transféré sur le compte de l’organisme. Il s’est rendu à la banque et je l’ai suivi. » Une fois sur place, le dénommé Kevin l’informe qu’il faut une photocopie de son acte de mariage. « Il m’a demandé d’aller retirer un nouveau certificat de mariage pendant que lui était à la banque. Je suis parti », dit Naden. 

Par la suite, le tombaliste se rend au siège de la NEF pour rejoindre Kevin. « Je l’ai attendu pendant un moment avant de monter au cinquième étage. Je me suis renseigné auprès d’une secrétaire et c’est ainsi que j’ai su qu’il n’y avait aucun Kevin qui travaillait dans ces locaux. J’ai essayé de l’appeler, mais son portable est éteint. Je n’arrive plus à le joindre ». Naden a porté plainte pour escroquerie.