Live News

Escroquerie : Marjorie Bazerque écope d’une amende de Rs 10 000

Elle a mis en avant sa santé précaire lors du procès.

Marie Gilberte Marjorie Bazerque, âgée de 62 ans, a été condamnée, le 1er décembre 2022, à une amende de Rs 10 000 devant la cour intermédiaire. Elle a été reconnue coupable d’avoir escroqué une somme de Rs 400 000 au préjudice d’un habitant de Phœnix âgé de 40 ans. Dans ce même procès, Dominique Appagee, âgé de 51 ans, a, quant à lui, écopé de deux amendes de Rs 7 500 chacune pour recel et émission de chèque sans provision. Les délits avaient été commis en 2014 à Phœnix.

L’habitante de Palmar s’était présentée comme un agent immobilier et la directrice de la compagnie Emidor, et Dominique Appagee comme le co-directeur de ladite compagnie. Elle avait fait croire à l’habitant de Phœnix d’investir une somme de Rs 400 000 au sein de la compagnie et qu’il allait obtenir des bénéfices de Rs 200 000 pour une durée de 10 ans. Or, c’était une mise en scène dans le but de lui soutirer de l’argent. 

Quant à Dominique Appagee, domicilié à Montagne Longue, il était poursuivi pour avoir été en possession de Rs 400 000. Une somme dérivée du délit d’escroquerie. Par ailleurs, il avait remis un chèque d’un montant de Rs 400 000 au quadragénaire. Or, le chèque n’avait pu être encaissé par manque de fonds. Les délits ont été commis en juillet et septembre 2014 à Phœnix. 

Difficultés financières 

Lors de leur procès, les deux accusés ont plaidé coupable. Ils ont tous deux mis en avant leur état de santé précaire. Marie Gilberte Marjorie Bazerque a produit un certificat médical pour soutenir ses dires. Elle a déclaré qu’elle fait face à des difficultés financières et que son époux, qui s’occupe d’elle, ne travaille plus.

De son côté, Dominique Appagee a affirmé qu’il a besoin de repos après deux attaques cérébrales. En raison de sa santé, il ne travaille pas et vit de sa pension.

Dans son arrêt, la magistrate Reshma Sewpaul-Ramdhur a souligné avoir pris en considération les faits entourant cette affaire. Cependant, elle a soutenu que chaque cas dépend de ses propres faits et la peine doit être proportionnée aux faits de l'affaire. Elle dira avoir aussi pris en compte la situation personnelle des accusés et aussi que le délit remonte à 2014. Pour ces raisons, elle est d’avis qu’une amende est justifiée dans cette affaire.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !