Faits Divers

Escroquerie : cinq ans de prison à un physiothérapeute

Cour intermediare

Il savait arnaquer des gens. Ce physiothérapeute de 50 ans a écopé de cinq ans de prison en cour intermédiaire.

Ce physiothérapeute domicilié à St André était poursuivi en cour intermédiaire sous deux chefs d’accusation d’escroquerie : d’une somme de Rs 376,000 et Rs 416 500 respectivement.

À l’appel de son procès, le quinquagénaire a plaidé coupable et a aussi présenté des excuses avant de réclamer l’indulgence de la cour. Il avait fait croire à une pensionnaire qu’un séminaire se tenait à Rodrigues par une organisation non gouvernementale de l’île de La Réunion. Il était à la recherche d’un groupe culturel pour exécuter des danses et chansons lors du séminaire. Il a indiqué à la victime qu’il savait qu’elle faisait partie d’un groupe culturel à Baie-du-Tombeau.

Le coût du séjour allégué était de Rs 7000 par personne pour quatre jours à Rodrigues. Pour mieux convaincre la femme, il lui a montré son agenda personnel mentionnant que le séminaire était inscrit pour le 31 janvier 2018 et plusieurs billets d’avion qu’il avait en sa possession.

«Antécédents similaires»

La pensionnaire a ainsi collecté Rs 376 000 de plusieurs personnes, avant de remettre la somme à l’accusé. N’ayant reçu, ni billet de voyage, ni confirmation du séminaire, la femme a compris le subterfuge de l’accusé.

Sous la deuxième accusation, l’accusé a utilisé le même mode d’opération pour arnaquer une femme de 27 ans. Cette fois, il avait utilisé plusieurs documents pour mieux amadouer sa proie. Convaincue, la femme avait collecté Rs 416 500 de plusieurs personnes, avant de remettre cet argent à l’accusé pour leur séjourner à Rodrigues. Le délit a été commis en novembre 2017.

Les deux victimes ont porté plainte à la police après être convaincues qu’elles ont été bernées par l’accusé, ce qui a mené à son arrestation.

À l’énoncé du verdict, la magistrate Nadjiyya Dauhoo note que l’accusé a un long casier judiciaire. Il avait mis en avant qu’il est père de trois enfants et qu’il est le seul à travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. Plaidant coupable, il a réclamé l’indulgence de la cour. 

La cour a estimé qu’il n’a pas cherché à changer de vie, en dépit de ses condamnations, vu les sommes conséquentes et la manière de procéder envers ses victimes, dont une vieille dame de 64 ans. Pour ces motifs, la cour lui a infligé cinq ans de prison.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !