People

Entrepreneuriat : peinture sur toile, une passion qui le poursuit

Jessen Moothia

On ne peut se défaire de certaines frénésies. C’est le cas de Jessen Moothia qui a toujours aimé la peinture. Et ce, depuis ses années au collège. Désormais, cet habitant de Coromandel la pratique sur la toile. Il souhaite même en faire une rentrée d’argent pour arrondir ses fins de mois.

Employé dans une entreprise, Jessen Moothia ne peut s’adonner à sa passion pour la peinture que le dimanche. Le jeune homme sait parfaitement s’y prendre. Il achète des panneaux de bois et des toiles écrues blanches déjà prêtes dans le commerce, notamment dans des supermarchés. Et il se procure aussi d’un liant acrylique pour encoller la toile brute avant de s’adonner à ses peintures et autres affiches.

La première étape de la préparation de la toile est de l’encoller, explique-t-il. Un procédé qui assure l’isolation du support de la peinture pour protéger la toile de l’humidité. Il s’agit de la rendre plus rigide et lisse. Il laisse alors sécher la toile pendant quelques heures. Par la suite, il dessine une esquisse au crayon avant de passer à la peinture de la toile à la main.

En observant le sujet, Jessen accorde davantage de perspectives sur son ébauche. Tout en prenant en compte aussi de la luminosité, des teints, des couleurs, de l’épaisseur de la peinture et de son relief. « C’est très créatif. Je laisse mon inspiration du moment dicter ce que je vais peindre. Je ne peins pas les personnes. Je m’adonne qu’à la nature morte, les oiseaux et papillons, entre autres. Pour l’instant, je n’ai pas de commandes. Mais, je peux en prendre pour des peintures personnalisées. Comme je peux m’en occuper que les dimanches, j’arrive à compléter une peinture sur deux semaines. Cela me permet de libérer mon esprit créateur et m’apporte beaucoup de sérénité », confie ce jeune rempli de talents.

La pyrogravure

Artiste dans l’âme, il a d’autres cordes à son arc. Depuis près d’une douzaine d’années, il s’adonne à la pyrogravure.  « Comme matériel, je n’ai pas besoin de grand-chose, sauf d’un crayon, d’une gomme, d’un fer électrique et du bois de récupération. Pour le reste, je m’inspire des objets, de la nature morte. Je ne fais ni de portrait ni de forme humaine pour l’instant », précise-t-il.

Comme procède-t-il à cet art ? L’artiste explique qu’après avoir dessiné une esquisse de l’objet sur le bois, il attend la bonne température de chauffage du fer électrique afin d’attaquer le bois. Une trop forte chaleur peut nuire à la pyrogravure. Il raconte que par la suite, il débute avec de légères touches répétitives sur le bois avec le fer chauffé. Cependant, il prend beaucoup de précautions pour ne pas forcer excessivement.

La réussite de la pyrogravure est la précision. Ce système de gravure n’est effectué que par petites touches, avec patience et perspicacité, souligne l’artiste. Les nuances sont créées en accentuant les coups de fer selon les reflets de lumière sur l’objet d’origine.

Tout client qui souhaite des pyrogravures personnalisées est invité à contacter l’artiste sur le numéro 59 26 75 47 ou à travers sa page Facebook.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more