Live News

Enseignement supérieur : la TEC prend l’Open University  à défaut sur certains aspects

Même si la TEC a félicité l'Open University sur certaines démarches, elle l'a égratignée sur d'autres aspects.

Bien que la performance de l’Open University of Mauritius (OUM) ait été saluée dans le rapport d’audit du premier cycle commandité par la Tertiary Education Commission (TEC) pour les progrès réalisés à plusieurs niveaux, d’importants manquements ont néanmoins été relevés, notamment au niveau de la supervision des contrôles continus et sur la question d’éthique.

L’Open University of Mauritius (OUM) a certes eu droit à plus d’éloges que l’Université de Technologie de Maurice (UTM) dans le rapport d’audit commandité par la Tertiary Education Commission (TEC), mais les critiques et les manquements soulevés dans ce document restent alarmants. Le chapitre 6.9 intitulé Monitoring and Assessment vient mettre en exergue les inquiétudes des auditeurs concernant la manière dont les devoirs internes sont supervisés sur le campus universitaire de Curepipe. « The panel noted with concern that the moderation process is not fully formalised, particularly with respect to assignments », indique le rapport. Les différents entretiens réalisés par les auditeurs sur le campus ont démontré que la correction des ‘assignments’ est généralement effectuée par des personnes qui n’ont aucune connaissance du sujet. Cette pratique, souligne le rapport, affecte grandement la qualité académique de l’établissement. « The panel is of the view that the present arrangements for moderation is undermining OU’s ability to ensure and enhance academic quality. »

Des soucis d’éthique ont aussi été soulignés concernant les Master’s and Doctoral Students. « The panel expresses its serious concerns about the clear lack of oversight of the institution over the ethics review process for research done by Master’s and Doctoral students. » Tout en admettant que l’OUM est encore jeune, les auditeurs affirment qu’il ne faut pas compromettre les valeurs de l’éthique en ce qu’il s’agit des travaux de recherches.

Autre manquement relevé par les panelistes du comité d’audit : les postes qui ont été laissés vacants au niveau du senior management de l’université. Bien que la direction de l’université ait assuré que des efforts sont en train d’être faits pour remédier à ce manquement, le rapport soutient que « these vacancies severely impact on the ability of the OU to achieve its mission. »

C’est finalement au niveau des relations entre l’Open University et le secteur de l’industrie que d’autres manquements ont été décelés. « There was no evidence of any interaction between OU and industry on norms/guidelines required for the proper running of OU or for specific areas. » Les auditeurs réclament de ce fait plus de communication entre l’établissement d’enseignement supérieur et les partenaires du secteur industriel.


Kaviraj Sukon et les membres du board félicités  

Le rapport salue à plusieurs reprises le leadership démontré par le directeur général de l’Open University of Mauritius, Kaviraj Sukon, et le conseil. Les différentes personnes interviewées dans cette université ont en effet exprimé leurs appréciations concernant la politique d’ouverture prônée par le directeur général et ont aussi salué la bonne ambiance de travail qui y règne.