Live News

Enquête sur la falsification d’un livre de la police : un assistant commissaire de police sur la sellette

Après la déclaration d’un policier au CCID le jeudi 15 novembre, un assistant commissaire de police pourrait se retrouver en eaux troubles. Ce dernier serait impliqué dans un délit présumé de faux concernant des entrées faites dans un « Log Book » de la police pour enregistrer l’utilisation des véhicules officiels.

Dans la journée du jeudi 15 novembre, un policier, anciennement affecté comme chauffeur d’un assistant commissaire de police (ACP), a été entendu par le Central Criminal Investigation Department (CCID). Il allègue que le haut gradé aurait utilisé une voiture appartenant à la Divisional Support Unit de la Western Division pour usage non-officiel et personnel. L’ACP sera interpellé par le CCID.

Ce développement fait suite à un rebondissement dans une affaire de faux ayant débouché sur l’arrestation de deux éléments de la Western Division et d’un caporal fin octobre 2018. L’affaire a été mise au jour après la vérification d’un Log Book réservé au contrôle des véhicules de la police. Il a été découvert que des entrées dans le livre de la police avaient été falsifiées. Les trois policiers sont provisoirement accusés de faux en écriture devant le tribunal de Bambous. Durant leur interrogatoire au CCID, l’un d’eux a déclaré avoir souvent utilisé le véhicule de la police pour récupérer l’ACP concerné.

Cette pratique met en cause ce haut gradé, car il n’aurait pas dû utiliser ce véhicule pour son usage personnel et non-officiel. Des entrées falsifiées dans le Log Book, concernant les mouvements de cette voiture de l’État, seront examinées de près par les enquêteurs. Durant son audition jeudi au CCID, l’ancien chauffeur de l’ACP a aussi dit que ce dernier lui a donné des ordres pour qu’il accomplisse des tâches qui ne seraient pas liées au Daily Business de la police. Selon ses dires, le haut gradé aurait commis des abus en usant de sa position hiérarchique. Il a allégué avoir conduit l’ACP à plusieurs reprises dans un restaurant, où celui-ci aurait consommé des repas sans payer. Il a raconté que l’ACP aurait bénéficié d’un séjour dans un hôtel luxueux du littoral nord, en faisant prévaloir son titre au sein de la force policière.

Interpellation attendue

En attendant d’interpeller l’ACP, les enquêteurs du CCID s’affairent à boucler le dossier. Nos sources proches des Casernes centrales affirment que le dossier serait d’abord été envoyé au bureau du Directeur des poursuites publiques pour solliciter les recommandations appropriées.

L’affaire fait grand bruit dans la haute hiérarchie des Casernes centrales. Mais certains hésitent à se prononcer, faisant semblant de ne pas être au courant. Le retour du commissaire de police (CP) Mario Nobin est attendu en vue de prendre les décisions nécessaires. Les circonstances entourant l’arrestation des trois policiers intriguent. Il a été établi que l’ACP avait donné des instructions pour les inculper. Il a fallu une intervention de justesse du bureau du CP pour que les policiers échappent à cette inculpation.


Une policière refuse de signer sa plainte

Durant la semaine écoulée, une policière, anciennement affectée à la Western Division, a raconté avoir été victime d’actes indécents de la part de l’ACP. Mais elle n’a pas voulu faire de déposition, soutenant avoir peur des représailles. Depuis, elle a été transférée de la Western Division vers un autre département.

Des lettres anonymes au bureau du CP

Plusieurs lettres anonymes faisant état des frasques de l’ACP ont atterri au bureau du commissaire de police depuis peu. Mario Nobin avait alors réclamé une enquête. Les lettres faisaient mention de présumés cas de fraude dans le sillage de l’organisation des examens au sein de la force policière. Par le passé, l’ACP en question avait été au cœur d’un scandale lorsqu’une voiture de la police avait été déclarée « total loss ». Plusieurs policiers avaient alors été suspendus.

Enquête de l’Audit : un Sub-Inspector dans de beaux draps

Le département de l’audit interne de la police a démarré une enquête sur une affaire de « misuse of vehicule », entourant un Sub-Inspector. Selon certains renseignements, depuis l’élection partielle à Quatre-Bornes, ce véhicule était rattaché à la Western Division. Mais en comparant les entrées dans le livre officiel et le numéro indiqué sur le tableau de bord du véhicule, une grande différence aurait été décelée dans le kilométrage du véhicule. Le CCID soupçonne une fraude. Le Sub-Inspector des Headquarters de la Western Division pourrait être inquiété. Il aurait lui aussi utilisé cette voiture. Sa convocation serait imminente, selon nos sources proches des Casernes centrales.