Live News

Enquête judiciaire  : Bonomally révèle le but de ses rencontres avec Kistnen 

Deepak Bonomally Deepak Bonomally nie avoir rencontré Soopramanien Kistnen (en médaillon) le jour de sa disparition.

Appelé à témoigner dans l’enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen, Deepak Bonomally, directeur de Bo-Digital, a dit avoir rencontré le défunt à deux reprises : la première, selon ses dires, pour lui confier un contrat et la seconde pour lui faire un premier paiement de Rs 225 000. 

Son témoignage était très attendu. Entendu au tribunal de Moka le mardi 23 février 2021, Deepak Bonomally, directeur de la société Bo-Digital, a nié avoir vu Soopramanien Kistnen le jour de sa disparition, soit le 16 octobre 2020. Mais il a admis l’avoir rencontré à deux reprises avant cela, tout en révélant quel en était le but. 

Aveux faits alors qu’il répondait à une question de Me Azam Neerooa, représentant du Directeur des poursuites publiques (DPP). « Je l’ai rencontré pour la première fois en juin 2020 ensemble avec Vinay Appanna à La Louise. Il m’avait dit qu’il faisait des travaux de construction et je lui ai donné un contrat », a expliqué Deepak Bonomally, qui avait toutefois précisé un peu plus tôt qu’il travaille avec Vinay Appanna depuis 2012 et que même après la création de sa société Bo-Digital, il opérait comme consultant auprès de son ancien patron. 

Il a ensuite ajouté : « Le 8 juin 2020, il (Soopramanien Kistnen ; NdlR) est venu me rencontrer pour la seconde fois à La Louise. Les travaux qu’il devait entreprendre allaient coûter Rs 325 000. Il m’avait dit qu’il rencontrait des problèmes financiers et il m’avait demandé si je pouvais faire un premier paiement. Je lui avais donc remis un chèque de Rs 225 000 en son nom personnel. »

Deepak Bonomally a avancé que bien qu’il ait fait un premier paiement à Soopramanien Kistnen, ce dernier n’aurait pas fait le travail convenu. Selon ses dires, il a dû par la suite contacter d’autres entrepreneurs.  

Par contre, le directeur de Bo-Digital a souligné qu’il ignorait si le défunt avait touché le chèque ou pas, car il n’a pas vérifié le compte bancaire de son entreprise. L’homme d’affaires a aussi allégué qu’il n’est pas allé voir Soopramanien Kistnen après lui avoir remis le chèque, soulignant qu’il comptait lui rendre visite par la suite.

Me Azam Neerooa a interrogé le témoin sur ce qu’a dit Poovenen Soobaroyen en cour à l’effet que « Soopramanien Kistnen devait rencontrer Vinay Appanna et lui-même (Deepak Bonomally ; NdlR) le 16 octobre 2020 à La Louise.» Deepak Bonomally a répliqué : « C’est totalement faux. »
Il a précisé que le bureau de La Louise n’existe plus depuis le 14 juillet 2020.

Le représentant du DPP a alors demandé à Deepak Bonomally ce qu’il faisait le 16 octobre 2020. Ce dernier a répondu que ce jour-là, il avait une rencontre avec Phœnix Beverages de 13 heures à 

15 heures. Puis, selon ses dires, son chauffeur l’a conduit chez lui à Quinze-Cantons, Vacoas. Il a avancé que vers 19 heures, il a rencontré Vinay Appanna à son bureau au Cyber Village à Ébène. 

Or, les bornages téléphoniques qu’a produits Me Azam Neerooa au tribunal démontrent que le 16 octobre 2020, Deepak Bonomally se trouvait à Ébène de 15 h 15 à 22 h 20. Les données indiquent le téléphone portable du directeur de Bo-Digital s’est connecté à l’antenne-relais, aussi appelée borne, du Hennessy Park Hotel. Deepak Bonomally a alors dit qu’il devrait vérifier cela. 

L’axe Kistnen/Appanna/Bonomally/Neeteeselec dévoilé 

S’il y a une chose que les protagonistes de l’affaire ont en commun, c’est qu’ils ont décroché des contrats auprès de la State Trading Corporation alors que la COVID-19 venait de gagner les côtes de Maurice et qu’elle battait son plein. Au fil des travaux de l’enquête judiciaire pour faire la lumière sur la mort de Soopramanien Kistnen, des éléments d’informations font surface et l’axe Kistnen/Appanna/Bonomally/Neeteeselec se dessine peu à peu. 

Deepak Bonomally, directeur de Bo-Digital, a déclaré que Vinay Appanna et lui avaient rencontré Yogida Sawmynaden à son bureau quand il occupait le poste de ministre de la Technologie. C’était, selon ses dires, lors d’une réunion en 2018 à laquelle étaient présents plusieurs officiers pour le lancement de la campagne publicitaire d’une application mobile. 

Autre point : Soopramanien Kistnen, dont le cadavre a été retrouvé calciné le 18 octobre 2020 dans un champ de canne à Telfair, n’est pas un inconnu pour le tandem Vinay Appanna/Deepak Bonomally. Tous deux ont déjà rencontré le défunt. Deepak Bonomally l’a vu à deux reprises en compagnie de son ancien patron Vinay Appanna dans le bureau de ce dernier à La Louise. C’est d’ailleurs ce qu’a révélé Deepak Bonomally durant son audition au tribunal de Moka le mardi 23 février 2021 (voir article principal). 

Le directeur de Bo-Digital a aussi dit au tribunal qu’il a confié un contrat à Soopramanien Kistnen afin de « refaire » des conteneurs pour les livrer au Central Electricity Board. Il a affirmé les avoir achetés pour la somme de Rs 600 000 à Neeteeselec Ltd, dont la directrice était alors Neeta Nuckchedd. Selon Deepak Bonomally, c’est Ashvind Kumar Poonyth, dont l’épouse Keswaree Poonyth travaillait au sein de Neeteeselec Ltd, qui était son contact. 
Répondant à la question de Me Rouben Mooroongapillay, un des avocats de Simla Kistnen, Deepak Bonomally a affirmé que plusieurs sommes d’argent ont été injectées dans son entreprise. Montant total avancé : Rs 309 185 400. 

La magistrate Vidya Mungroo-Jugurnauth affirme son autorité 

Une fois que Me Azam Neerooa a fini avec l’audition de Deepak Bonomally, Me Rouben Mooroongapillay a pris le relais pour interroger le témoin. C’est à ce moment précis que Me Rishi Pursem, Senior Counsel qui agit aussi comme « watching brief » pour Deepak Bonomally, a objecté à ce que Me Rouben Mooroongapillay interroge son client. « Je n’ai aucun problème si le représentant du Directeur des poursuites publiques (DPP) pose des questions à mon client. Mais si les autres avocats veulent en poser, cela doit être fait par vous », a précisé le Senior Counsel en s’adressant à la magistrate. Il a aussi fait ressortir que son mandat de magistrate, dans une enquête judiciaire, est uniquement d’enquêter sur le décès de Soopramanien Kistnen.

Vidya Mungroo-Jugurnauth lui a alors répondu qu’elle connaît son rôle. « C’est moi qui décide quelles questions sont autorisées ou pas et si elles sont appropriées ou pas. De plus, je connais bien mon mandat », a fait comprendre la magistrate en s’adressant à Me Rishi Pursem. 

Me Azam Neerooa, Senior Assistant  Director of Public Prosecutions.
Me Azam Neerooa, Senior Assistant 
Director of Public Prosecutions.

Neeta Nuckchedd à nouveau entendue ce mercredi 

Neeta Nuckchedd est de retour au tribunal de Moka ce mercredi 24 février 2021. C’est à la demande du Senior Director of Public Prosecutions, Me Azam Neerooa. L’hôtesse de l’air sera appelée à fournir d’autres informations.

Le rôle de Vinay Appanna dans l’affaire 

Qui est Vinay Appanna, dont le nom est cité au cours des travaux de l’enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen ? Quel a été son rôle ? A-t-il joué un rôle dans l’affaire ? Le point.  

S’il y a un nom qui revient à plusieurs reprises, c’est celui de Vinay Appanna. Il est le directeur d’Av Techno-World Co Ltd et d’Av Digital World Ltd ainsi qu’actionnaire de Century Advertising Co Ltd dont le nom commercial est Mavericks Advertising. Le mardi 23 février 2021, au tribunal de Moka, Deepak Bonomally, directeur de Bo-Digital, a souligné qu’il occupe le poste de Marketing Manager au sein de Century Advertising Co Ltd depuis 2012. 

Il a aussi dit qu’il travaillait pour les autres sociétés de Vinay Appanna, soit en tant que Marketing Manager, soit comme consultant. Deepak Bonomally a aussi affirmé qu’il rencontrait son patron assez souvent, et ce même après qu’il a créé sa propre entreprise à La Louise, Quatre-Bornes. Quand le bureau de La Louise a fermé ses portes, il a expliqué qu’il a continué à rencontrer Vinay Appanna dans son nouveau bureau au Cyber Village à Ébène. 

Quant à Neeta Nuckchedd, elle a révélé, durant son audition au tribunal de Moka le lundi 22 février 2021, qu’AV Techno-World Co Ltd dont Vinay Appanna est le directeur a injecté Rs 2,1 millions dans Neeteeselec Ltd, dont elle était la directrice. C’était en mai 2020, selon ses dires. Elle a ajouté qu’un peu plus tard, qu’AV Techno-World Co Ltd a de nouveau injecté Rs 600 000 au sein de la firme pour l’importation de teck. La société Bo-Digital Ltd de Deepak Bonomally a, elle, investi Rs 600 000 dans Neeteeselec pour une transaction liée à des conteneurs.
 

Ganessen
Me Ganessen Mooneesawmy détient un
« watching brief » pour Deepak Bonomally. 

Me Neerooa déplore  les agissements de Me Mooneesawmy 

Un incident a eu lieu le mardi 23 février 2021 entre Me Azam Neerooa, représentant du Directeur des poursuites publiques (DPP), et Me Ganessen Mooneesawmy, qui détient un « watching brief » pour Deepak Bonomally. Le premier nommé a informé la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnauth que le témoin (en l’occurrence Deepak Bonomally ; NdlR) recevait des signes de la part de l’avocat pour que ce dernier sache s’il fallait répondre ou non aux questions de la poursuite.  

« Vous pouvez visionner les images des caméras CCTV qui sont dans la salle d’audience pour confirmer mes dires. Mais on ne va pas en arriver là », a précisé le représentant du DPP en s’adressant à la magistrate.  Me Azam Neerooa est revenu à la charge quelques secondes plus tard. 
« Mon confrère me regarde d’un air menaçant. Du coup, je vous demande de visionner les images des caméras CCTV et de prendre les mesures qui s’imposent », a lancé le représentant du DPP à l’intention de la magistrate. 

Elle n’a fait aucune déclaration après la requête du représentant du DPP. Elle devrait sans doute prendre une décision ce mercredi 24 février 2021 à ce sujet. 

Les avertissements de la magistrate à Deepak Bonomally 

Deepak Bonomally, directeur de Bo-Digital, a été informé par la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnauth des risques qu’il encourt s’il venait à faire de fausses déclarations en cour. C’était après que Me Azam Neerooa, représentant du Directeur des poursuites publiques, a constaté des anomalies dans son témoignage lorsqu’il a été interrogé par Me Rouben Mooroongapillay, un des avocats de Simla Kistnen.  La magistrate a expliqué au témoin ce qu’il encourt. Elle lui a demandé de bien réfléchir avant de donner sa réponse. « Il ne faut pas mentir à la cour, car vous êtes sous serment. Vous risquez une peine d’emprisonnement. Si vous ne savez pas la réponse, vous pouvez dire que vous ne savez pas », a-t-elle dit à Deepak Bonomally.

 

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !