Explik Ou Ka

Enquête de la Consumers Protection Unit : vente d’un jouet défectueux  

Aucun produit défectueux ne peut être mis en vente.

«Garantie ou pas, vous n’avez pas le droit de mettre un produit défectueux en vente. » C’est le sévère avertissement qu’a lancé Amita Gunesh de la Consumers Affairs Unit (CAU) à l’adresse d’un magasin de Curepipe. Elle intervenait sur les ondes de Radio Plus, après une plainte d’un habitant de Sébastopol qui s’est retrouvé avec une voiture électrique hors d’usage sur les bras.

À l’approche de Noël, M. Serge, un ouvrier agricole de 54 ans, a voulu offrir une voiture à son petit-fils de 4 ans. Ce dernier a accompagné son grand-père au magasin. M. Serge a payé cash le produit et a pris la livraison. La suite a été une succession de désagréments. 

Une fois de retour à la maison, l’enfant a essayé sa voiture. Deux minutes s’étaient à peine écoulées, que la voiture s’est arrêtée.  M. Serge, qui a contacté le magasin, a été invité à retourner la voiture pour être soumis à un examen. Le technicien n’a décelé aucune faute, mais a recommandé le remplacement des deux batteries rechargeables, facturées à Rs 700. M. Serge a réglé le montant sur place. 

Ce n’est que le 13 janvier, après une absence prolongée de la maison de son grand-père, que le petit garçon a pu utiliser sa voiture à nouveau. Nouvelle désillusion ! La voiture s’est arrêtée brusquement. Tous les efforts pour recharger les batteries n’ont produit aucun résultat. M. Serge, frustré, a de nouveau contacté le magasin pour aviser que le produit était défectueux. La réponse du responsable du magasin a été sans appel : « Pena lasirance lor la. Pa pou kapav fer nanien ». M. Serge se tourne alors vers le CAU.

La représentante du CAU, Amita Gunesh est montée au créneau pour dire « enough is enough ! ». Elle a ajouté avec fermeté qu’aucun produit défectueux sous garantie ou pas ne peut être mis en vente. Dans le cas présent, elle avance qu’il s’agit d’un cas flagrant de « malhonnêteté » et que le gouvernement ne tolère pas ce genre de situation où les droits des consommateurs sont lésés.

Amita Gunesh a invité M. Serge à la contacter pour voir ensemble la suite à donner à cette affaire qui va éventuellement déboucher sur une enquête. Ils vont se concerter sur des actions à prendre.

Affaire à suivre.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP