Actualités

Energies : Madagascar s’intéresse à l’éthanol et à l’électricité

Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar.

Il a visité  la distillerie et la centrale thermique d’Omnicane dans l’après-midi du lundi 11 mars. Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar, a communiqué ses ambitions en matières énergétiques pour son pays à différents niveaux. Il échut à Jacques d’Unienville, Chief Executive Officer du groupe, de placer dans sa juste perspective, cet intérêt du couple présidentiel malgache tant pour l’éthanol que la production d’électricité.

« Nous avons constaté un intérêt de Madagascar pour l’éthanol. Le pays a un grand et ambitieux projet pour sauver les forêts. La cuisson se fait avec le bois. Ils veulent substituer le bois par l’éthanol. Ça tombe bien. A Maurice, nous avons développé un gel à partir d’éthanol que l’on peut utiliser dans les réchauds. Leur ambition est d’avoir un million de ces pompes pour les familles, » fait ressortir Jacques d’Unienville, face à la presse. « Ils veulent développer des distilleries chez eux (…). C’est un projet sous la férule de la Première Dame. Le Président et la Première Dame ont été très intéressés par le potentiel de l’éthanol et de ce qu’on peut faire avec. »

A ce jour, Omnicane exporte deux millions de litre d’éthanol vers la Grande Ile. C’est un marché important, offrant des perspectives intéressantes. Dans le cas de l’éthanol, selon le CEO d’Omnicane, cela s’inscrit davantage dans une logique de collaboration, de transferts de technologies. «Il faut les aider à mettre en place leurs industries, qu’elles soient sucrières ou au niveau de l’éthanol.»

L’intérêt d’Andry Rajoelina pour l’énergie renouvelable et la production énergie a pour racine ses promesses annoncées lors de sa prestation de serment le 19 janvier dernier. Son objectif est de doubler la production d’électricité en cinq ans. A ce jour, seuls 15% de la superficie malgache n’est couverte par le réseau. Qui plus est, la compagnie d’État Jirama (assurant la fourniture d’eau et d’électricité) est endettée. Elle n’obtiendra plus des subventions du gouvernement, un signe que le nouveau régime a d’autres projets pour améliorer la production et la fourniture d’électricité.

« L’électrification d’un pays est fondamentale pour le développement, » a indiqué Jacques d’Unienville. « Le Président, ayant visité la centrale, a posé beaucoup de questions sur le coût de production et comment se passe la modularité de la centrale. Il a été bien au fond des choses. Maintenant, à eux de voir s’ils solliciteront notre pour cela ou non. Mais définitivement, le modèle l’a beaucoup intéressé. »