Live News

Énergie propre : Metro Express retarde la climatisation à l’eau de mer

Énergie propre Les travaux devaient démarrer en 2016.

Metro Express et la lenteur dans les octrois de permis par de nombreuses autorités ont causé un retard considérable au projet de climatisation de 20 bâtiments à partir de l’eau de mer. Le promoteur Sotravic a dû revoir l’alignement de ses tuyaux pour qu’ils ne coupent pas à travers les rails du métro léger.

Retard conséquent dans le démarrage du projet de climatisation de 20 bâtiments de la capitale à partir de l’eau de mer. L’entreprise Sotravic devait démarrer les travaux depuis décembre 2016. Sauf qu’elle attend toujours. Raisons : changements importants imposés par le chantier du Métro Express et procédures lentes pour l’octroi de permis. Elle espère toutefois pouvoir démarrer le projet d’ici décembre.

« Les longues et lentes procédures administratives pour l’octroi de permis par les nombreuses autorités occasionnent des retards et ralentissent l’implémentation du projet. Depuis la signature de l’accord avec le gouvernement en décembre 2015, nous avons beaucoup travaillé », explique Alvin Kuppadu, Project Engineer sur ce projet baptisé Deep Ocean Water Applications (DOWA). Ce dernier travaille pour la firme Urban Cooling Ltd, filiale de Sotravic qui porte ce projet.

Autre chantier d’envergure qui cause du retard à ce projet est le Métro Express et le terminal urbain qui remplacera la gare Victoria, avance Alvin Kuppadu. « Nous avons dû décider de nouveaux alignements avec Metro Express et diverses entités gouvernementales, explique-t-il. Nous avons eu de nombreuses réunions avec la Road Development Authority et Metro Express Ltd pour identifier de nouveaux alignements afin que les tuyaux ne coupent pas à travers les rails du métro. Ces discussions ont pris plus de temps que prévu et tous ces retards ont un impact considérable sur le coût du projet. »

Pour Urban Cooling Ltd, cette situation est considérée comme «regrettable» et on pointe du doigt un manque de soutien des autorités pour faire avancer le projet. « Nous aurions souhaité plus de soutien des autorités pour faire de ce projet louable en énergie propre une réalité à Maurice ». La société attend toujours de signer le Contract Agreement qui lui permettrait de lancer le chantier qui doit durer entre 15 et 18 mois. « Nous avons prévu de démarrer les travaux d’ici la fin de cette année, explique Alvin Kuppadu, mais cela dépend bien sûr de la signature du contrat. »

Le projet devrait servir à la climatisation de 20 bâtiments à Port-Louis à partir de l’eau de mer. Durant la phase de construction, le chantier devrait créer 200 emplois et 50 postes permanents une fois les travaux complétés. Les pompes pour extraire l’eau de mer en profondeur devraient consommer 1,5 MW d’électricité, contre les 15 MW que les bâtiments utilisent actuellement pour leur climatisation. Cela représenterait 13,5 MW d’économie sur le réseau national. Les économies sur le carburant sont estimées à Rs 130 millions annuellement et celles sur le CO2, à 51 000 tonnes.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !