Xplik ou K

En une semaine : trois femmes victimes de vol avec violence à Rose-Hill

Rose-Hill Une palissade en tôle de couleur bleue a été installée le long de la rue Duncan Taylor, à Rose-Hill, dans le cadre des travaux entrepris dans cette région.

Trois femmes ont été victimes de vol avec violence entre le dimanche 4 novembre et le vendredi 9 novembre 2018, à Rose-Hill. Toutes ont été agressées dans une impasse improvisée après l’installation d’une palissade en tôle le long de la rue Duncan Taylor, où des travaux sont en cours.

La palissade installée le long de la rue Duncan Taylor dans le cadre des travaux en cours à Rose-Hill est une source d’inconvénients pour ceux qui empruntent cette voie. Hormis les embouteillages qui sont légion dans cette partie de la ville, l’impasse qu’il faut emprunter entre cette palissade et le bas-côté de la route est devenue un repaire de malfaiteurs. Ces derniers profitent du fait qu’ils soient à l’abri des regards pour agresser leurs proies.

Trois femmes ont été victimes de vol avec violence à la rue Duncan Taylor entre le dimanche 4 novembre et le vendredi 9 novembre 2018. La première est une femme qui habite l’avenue Cassidy. Elle a été dépouillée de sa chaîne et de son sac à main alors qu’elle rentrait du travail. L’agression a eu lieu vers 17 heures. Quant à la deuxième victime, elle travaille dans un supermarché non loin. Elle a elle aussi été dépouillée de sa chaîne.

La troisième victime est une femme qui vend des gato piman au marché de Rose-Hill. Son agression s’est produite en pleine journée alors qu’elle rentrait chez elle, le jour de la fête de Divali. Elle a été attaquée devant la New Arab Town avant d’être traînée sur une certaine distance avec un couteau sous la gorge. Ses agresseurs lui ont volé sa chaîne et sa recette de la journée.

Cette palissade en tôle semble être devenue le terrain de jeu des voleurs. Comment résoudre ce problème pour que les usagers se sentent en sécurité ? Pourrait-on la remplacer par une structure transparente ? La rédaction d’Xplik ou K a abordé la question avec le maire Ken Fong Suk Hoon. Ce dernier affirme que la municipalité est à l’écoute des doléances des habitants.

«Pas de panique»

Il a concédé que depuis le début de l’année, plusieurs attaques ont été recensées. Il n’a cependant avancé aucun chiffre. « Je comprends les doléances des citadins. Mais que voulez-vous ? Les travaux du Metro Express seront bientôt terminés. Je concède que chaque victime est une victime de trop. J’aurai une réunion avec l’inspecteur Shankar pour discuter des doléances des citadins. Si rien n’est fait, je soulèverai la question avec qui de droit. »

Il a révélé avoir déjà abordé ce problème d’insécurité, en janvier 2018, avec l’ACP Dip, le DCP Bhoyjoo, Ivan Collendavelloo et Fazila Daureeawoo. « Je suis prêt à faire appel à l’armée si c’est nécessaire pour faire respecter l’ordre. Il faut sécuriser notre ville. On ne peut pas continuer ainsi », a ajouté le maire.

Ken Fong Suk Hoon se dit toutefois horrifié qu’on puisse considérer Rose-Hill comme « la ville de la peur. Hors de question de semer la panique en donnant l’impression qu’il n’y a aucune garantie pour la sécurité des piétons et des gens qui la fréquentent ». Il rassure la population que la sécurité des citadins de Beau-Bassin/Rose-Hill demeure sa priorité. Le maire a, dans la foulée, rappelé que les travaux en cours à la rue Vandermeersch seront achevés d’ici trois mois.