Live News

En raison du coronavirus : 50% des voyageurs vers la Chine annulent leur vol

Selon Prem Sewpal (à dr.), s’il faut annuler les vols vers la Chine, Air Mauritius le fera, alors que Charles Ng (à g.) d’Atom Travel parle d’un manque à gagner. Selon Prem Sewpal (à dr.), s’il faut annuler les vols vers la Chine, Air Mauritius le fera, alors que Charles Ng (à g.) d’Atom Travel parle d’un manque à gagner.

Les avis sont partagés sur le besoin d’annuler tous les vols vers la Chine par Air Mauritius à cause de la propagation du coronavirus. C’était le thème central du débat Au coeur de l’info sur Radio Plus, mardi.

Jusqu’à cinquante pourcent d’annulation par vol chez Air Mauritius et des annulations de vols vers la Chine dans les agences de voyage. Faut-il fermer notre frontière en raison de la propagation du nouveau coronavirus et stopper temporairement les vols vers la Chine ? Ces questions ont été abordées dans l’émission Au Cœur de l’info animée par Elodie Domun et Jean Luc Emile,  mardi.  Prem Sewpal, le responsable de communication  d’Air Mauritius, affirme que jusqu’à présent il n’y a aucune restriction de la part de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les vols en partance et en provenance de la Chine. Il faut savoir qu’Air Mauritius opère quatre vols vers la Chine par semaine et que les protocoles sont suivis à la lettre. Les membres de l’équipage sont dotés d’équipements protecteurs, ils portent des masques lors de leur service, soutient Prem Sewpaul. Il ajoute qu’Air Mauritius entreprend des sessions de formation avec tous les employés sur comment se protéger contre le nouveau coronavirus et aussi ce qu’il faut faire devant un cas suspect. Le responsable de communication chez Air Mauritius affirme que la sécurité et la santé des passagers et des membres d’équipage sont la priorité de la compagnie d’aviation nationale. Et s’il faut suspendre les vols vers la Chine, Air Mauritius n’hésitera pas à le faire, mais il faudra d’abord une évaluation des risques par des experts et les autorités de santé, dit Prem Sewpaul.

Un avis pas partagé par Suresh Seegobin, ancien directeur commercial chez Air Mauritius. Il soutient que, même si la décision d’arrêter les vols vers la Chine est une décision collective, il aurait suggéré l’arrêt des vols vers la Chine sans attendre les recommandations de l’OMS. Il y a l’aspect économique, certes, soutient Suresh Seegobin, mais il y va de la santé de la population. D’ailleurs, dit-il, lors de l’épidémie de SARS, Air Mauritius avait arrêté ses vols et d’ajouter que Hong Kong a mis des restrictions alors qu’Air France a arrêté ses vols. Chez les tours opérateurs et agences de voyage, l’inquiétude gagne du terrain, des voyageurs annulent leurs vols en partance pour la Chine, soutient Charles Ng, Managing Director chez Atom Travel. Il affirme qu’il a eu cent soixante-six annulations vers la Chine, les hommes d’affaires ont désormais peur d’aller au pays du Soleil levant. Charles Ng  parle d’un important manque à gagner pour les agences de voyage. Qu’en est-il de l’arrêt des vols vers la Chine ? Charles Ng soutient que ce n’est pas possible, mais cela dépendra des compagnies d’aviation. D’ailleurs, dit-il, les clients sont en mode wait and see.

Pour sa part, l’homme d’affaires Tangavel Thoda explique qu’il a annulé son voyage d’affaires après qu’il s’est entretenu avec son agent en Chine. Ce dernier lui a affirmé que la situation est très grave. Il soutient que cette situation aura un impact sur l’économie et constituera un important manque à gagner pour les hommes d’affaires qui traitent avec la Chine et l’Asie. Tangavel Thoda est d’avis qu’il faut annuler les vols vers la Chine, pour le moment, car le danger est grand. Et d’ajouter qu’à Maurice il pourrait y avoir rupture de stocks sur certains produits en provenance de Chine.

Hong Kong ferme sa frontière avec la Chine

Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong a annoncé mardi que les déplacements entre le territoire et la Chine seraient interdits. Elle présentait un plan stratégique des autorités pour mieux contenir la propagation du coronavirus. En effet, à partir de jeudi, aucun train à grande vitesse ou ferry ne traverseront la frontière pour se rendre en Chine. De plus, les vols vers ce pays seront réduits de moitié et aucun permis de séjour de sera délivré aux ressortissants chinois jusqu’à nouvel ordre.


L’État intensifie les mesures de précaution

Le ministre de la Santé demande la collaboration de tout un chacun.
Le ministre de la Santé demande la collaboration de tout un chacun.

Même si la situation est sous contrôle, le gouvernement ne compte pas dormir sur ses lauriers. Bien au contraire, de nouvelles mesures sont en vigueur à l’aéroport en raison de l’épidémie du coronavirus.
C’est l’assurance donnée par le ministre de la Santé, le Dr Kailash Jagutpal. Il a présidé une réunion de coordination avec divers acteurs concernés à son bureau au bâtiment Emmanuel-Anquetil, à Port-Louis, mardi.

« Il faut la collaboration de tout un chacun pour bien faire le travail. Toutefois, il ne faut pas que cela devienne une psychose ou créer la panique », a-t-il expliqué. Il a souligné que le « screening» est important au port et à l’aéroport pour détecter les cas suspects.

Il a ajouté que Maurice suit les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour empêcher que le coronavirus n’entre au pays. Le ministre a annoncé de nouvelles mesures à l’aéroport : «Nous faisons un screening des passagers qui sont en partance pour voir s’ils ont de la fièvre ou montrent d’autres symptômes.» Ainsi, un passager avec de la fièvre ne sera pas autorisé à quitter le pays.

Le Dr Kailash Jagutpal affirme qu’en sus des détections avec le « thermal detector », un système à infrarouge, il y a également la prise de température manuelle des passagers à leur arrivée. « S’il y a un cas suspect, il est examiné » Toutes les personnes qui viennent de Wuhan sont placées en quarantaine.

D’autre part, un système d’alerte a été mis en place au cas où un passager tombe malade à bord d’un avion. Ce qui permet de le prendre en charge dès sa descente d’avion. Lors de cette réunion, il a été décidé que tout passager qui communique de fausses informations sur son « health card », notamment concernant son adresse ou son numéro de téléphone, pourrait être sanctionné. Une annonce sera diffusée à bord des avions d’Air Mauritius pour prévenir les passagers.

Le directeur des services de santé, le Dr Vasantrao Gujadhur, déplore un manque de collaboration de la part des hôteliers à Maurice dans le sillage de la propagation du coronavirus en Chine. De ce fait, le ministre de la Santé a exigé qu’un communiqué soit adressé à tous les hôtels pour leur demander de collaborer avec les autorités.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !