Actualités

En Cour suprême : les questions de SAJ et de Pravind Jugnauth à Me Kailash Trilochurn

Kailash Trilochurn Me Kailash Trilochurn réclame des dommages aux Jugnauth.

Deux procès intentés par l’avocat Kailash Trilochun ont été appelés devant la Master and Registrar de la Cour suprême le mardi 19 mars 2019. Dans un premier procès, l’avocat Kailash Trilochun réclame des dommages de Rs 10  108 108 au Premier ministre, Pravind Jugnauth. Dans un deuxième procès, l’avocat réclame Rs 108 millions de dommages à sir Anerood jugnauth et à l’État.

Me Kailash Trilochurn affirme que le PM a tenu des propos diffamatoires à son égard lors d’un meeting à St-Pierre, le 9 septembre 2016. Ce dernier était alors ministre des Finances. L’homme de loi soutient que les propos de l’actuel Premier ministre insinuent qu’il (Kailash Trilochurn) est une « personne violente et dangereuse ». L’avocat avance dans sa plainte que Pravind Jugnauth lui a demandé de démissionner de son poste de  président de la Financial Intelligence Unit (FIU). Cela suite à une allégation de la part d’un certain Sylvio Candahoo qu’il (Kailash Trilochun) aurait commandité l’agression de Bhanoodutt Beeharee, l’ancien président de l’Information Communication Technologies Authority (Icta).

Le mardi 19 mars 2019, Me Saya Ragavoodoo, avouée de Pravind Jugnauth, a adressé au nom de ce dernier une liste de 40 questions à Me Kailash Trilochurn. Pravind Jugnauth souhaite savoir comment Me Kailash Trilochurn en est arrivé au montant réclamé. Il demande aussi des preuves médicales pour attester que ses propos ont pu causer du stress à Me Kailash Trilochurn. 

Dans le deuxième procès, Me Kailash Trilochun déclare que les propos tenus par SAJ, alors que ce dernier était Premier ministre, lors d’une conférence de presse datant du 12 septembre 2016, l’ont profondément blessé et a affecté sa carrière en tant qu’homme de loi.
Dans cette affaire aussi, Me Saya Ragavoodoo a adressé au nom de SAJ une liste de 90 questions à Me Kailash Trilochurn. SAJ souhaite savoir, entre autres, si l’avocat s’est présenté devant un tribunal depuis septembre 2016 ou s’il a donné des conseils légaux à des clients. Si oui, il veut savoir le nom des clients et si ces derniers ont soumis une facture. Les deux affaires ont été renvoyées au 4 juin 2016.