Live News

En Cour suprême : le détenu Peroomal Veeren demande à étudier le droit

Peroomal Veeren est en détention depuis 2003.

Détenu à la prison de Phœnix, le caïd Peroomal Veeren déclare s’être vu refuser la possibilité de prendre des cours à distance menant à une licence en droit (LLB). Il a saisi la Cour suprême pour contester cette décision.  

Il estime que son droit à l’éducation est bafoué. Lui, c’est Peroomal Veeren. Détenu à la prison de Phœnix, il a logé, par l’intermédiaire de ses hommes de loi, une motion devant la Cour suprême. Cela, afin de contester la décision du commissaire des prisons, de ne pas l’autoriser à prendre des cours à distance, de l’Université de Londres. Peroomal Veeren conteste le refus au moyen d’une demande de révision judiciaire. Il dit vouloir étudier en vue de décrocher une licence en droit (LLB). 

La motion a été appelée le lundi 25 octobre 2021 devant la Senior Puisne Judge, Rehana Mungly Gulbul. Peroomal Veeren, absent à l’audience, est représenté par l’avoué Subiraj Sakurdeep. 

Me Doorgesh Kumar Manikaran, Principal State Attorney et qui représente le commissaire des prisons, a soutenu que les services de son bureau viennent d’être retenus. Il a requis un renvoi pour prendre position sur la demande. L’affaire sera appelée le 15 novembre 2021.

Sortie prévue en 2034

Dans un affidavit juré dans le cadre de sa demande, Peroomal Veeren déclare qu’il est en détention depuis 2003 et purge une servitude pénale. (NDLR : Il a été condamné à 34 ans de prison pour tentative de prendre livraison de Rs 11 millions d’héroïne). Il ajoute que la date de sa libération, est prévue pour le 20 janvier 2034.

Il souligne qu’il a pu étudier en prison et par la suite a participé en novembre 2019 à l’examen de niveau GCE « A » Level. Par la suite, il a obtenu un C et un D dans deux matières. Ce qui, dit-il, dans son affidavit, le rend éligible à des études universitaires. 

Il dit s’être déjà fait enregistrer auprès de l’Université de Londres. Mais après avoir informé le commissaire des prisons de sa démarche, il a essuyé un refus. L’unique raison avancée est que les cours nécessitent l’usage d’appareil technologique. Ce qui pose un problème de sécurité pour l’établissement pénitentiaire. 

Peroomal Veeren déclare avoir par la suite écrit au commissaire des prisons pour lui faire part de sa requête. Celui-ci, dit-il, l’a rejetée dans une lettre en date du 31 août 2021. Or, soutient-il, cette décision « arbitraire » s’est faite en dépit de l’avoir assuré que le cours en question peut se faire par correspondance, soit par courrier. 

Peroomal Veeren a retenu les services de Me Rex Stephen.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !