Actualités

En Cour suprême : Dev Hurnam a déjà purgé sa peine, selon son avocat

Dev Hurnam Dev Hurnam à sa sortie de la Cour suprême le 28 novembre 2019.

Radié du barreau mauricien le 28 janvier 2008, Dev Hurnam estime avoir payé le prix fort après sa condamnation de six mois de prison dans une affaire de faux alibi en 2000. Son avocat, Me Robin Ramburn, a plaidé pour sa réintégration au barreau. « Cela ne doit pas être une damnation éternelle », soutient l’homme de loi

La motion, présentée par Dev Hurnam pour réintégrer le barreau mauricien a été entendue le jeudi 28 novembre 2019 en Cour suprême. C’était devant les juges Benjamin Marie Joseph, Nicholas Oh San-Bellepeau et Elisabeth Sabrina Johan Moutou-Leckning. La motion de l’ancien avocat est dirigée contre l’Attorney General et l’Ordre des avocats de Maurice, à savoir la Mauritius Bar Association (MBA).

À l’appel de l’affaire, Me Robin Ramburn, Senior Counsel de Dev Hurnam, a invité le panel des juges à considérer le comportement de Dev Hurnam à compter du moment où il a été condamné à ce jour.  Radié du barreau mauricien le 28 janvier 2008, Dev Hurnam estime dans sa demande avoir payé le prix fort après sa condamnation de six mois de prison dans une affaire de faux alibi pour un de ses clients impliqué dans le braquage de la State Bank de Grand-Bois en mai 2000.

Son avocat, Me Robin Ramburn, a plaidé que son client a « déjà purgé sa peine et que cela ne doit pas être une damnation éternelle ». L’avocat ajoute que Dev Hurnam n’a eu aucun démêlé avec la justice depuis cette affaire et qu’il ne s’est rendu coupable d’aucun  outrage à la cour. « Il a fait preuve de bonne conduite. Si jamais il a commis un quelconque outrage, nos tribunaux sont suffisamment équipés pour gérer ce genre d’éventualité », a soutenu Me Robin Ramburn. Ce dernier a ajouté que seul le panel des juges est habilité à se pencher sur une éventuelle réintégration de Dev Hurnam au barreau. 

«Conduite irrespectueuse» 

« Mon client est aujourd’hui âgé de 72 ans et doit réintégrer le barreau », a plaidé Me Robin Ramburn. Celui-ci a ensuite énuméré les cas d’autres avocats ayant été sanctionnés par des suspensions pour des manquements à l’éthique. Il a notamment cité le cas de Mes Jacques Panglose et Samad Golamaully. Il a tenu à souligner que, dans ces deux cas, il a été question d’une suspension d’un an et de six mois. Me Robin Ramburn a soutenu que Me Jacques Panglose fut sanctionné pour s’en être pris  à un magistrat et que Me Samad Golamaully avait failli à déclarer une condamnation passée de sa jeunesse avant de prêter serment comme avocat à Maurice.  

La motion de Dev Hurnam a été ajournée au 23 janvier 2020. Date à laquelle les plaidoiries de l’Attorney General se feront. Celui-ci est représenté par Me Carol Green-Jokhoo, Assistant Sollicitor General. Lors de l’audience du 23 octobre 2019 dans l’affaire, Me Patrice  Doger de Spéville,  Senior Counsel et représentant la MBA, a évoqué la conduite «irrespectueuse » de Dev Hurnam. Il ajoute que celui-ci a notamment « attaqué » la juge Rehana Mungly-Gulbul et son époux, l’avocat Raouf Gulbul, dans une plainte en cour intermédiaire.

Dev Hurnam est représenté dans l’affaire par un panel d’avocats composé des Senior Counsels Désiré Basset, Antoine Domingue, Robin Ramburn et les avocats Imtihaz Mamoojee, Nandraj Patten et Zaredhin Jaunbaccus.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019