Faits Divers

En cour intermédiaire : un maçon coupable d’avoir brisé la jambe d’un laboureur

Cour intermediare

Il lui est reproché d’avoir agressé un laboureur au point de lui briser la jambe. Un maçon âgé de 26 ans a été jugé coupable d’agression avec circonstances aggravantes en cour intermédiaire. Le déclarant n’a pas apprécié que l’accusé se soit assis près de la salle de bains qu’utilisait sa belle-sœur. L’affaire sera appelée le 9 mai 2019 pour les plaidoiries avant la sentence.

Le jugement a été prononcé par le magistrat Raj Seebaluck. L’accusé, domicilié dans la région de Petite-Rivière, avait plaidé non coupable sous une accusation de « wounds and blows with aggravating circumstances ». Il a été jugé coupable du délit commis le 30 juillet 2012 à Petite-Rivière. L’accusé, âgé de 19 ans au moment des faits, est accusé d’avoir agressé un laboureur de 53 ans au point de lui briser la jambe.

Le quinquagénaire avait été appelé à témoigner lors du procès. Il a déclaré que ce jour-là, il se trouvait à son domicile vers 19h45. Il est sorti pour se rendre aux toilettes qui se trouvent à l’extérieur de sa maison. Sur le chemin, il a aperçu l’accusé qui était assis sur un rocher. Le quinquagénaire lui a demandé de quitter les lieux, car sa belle-sœur était en train de prendre un bain. Le déclarant indique que le maçon a refusé de bouger et a commencé à l’insulter.

Fracture

Une dispute devait éclater entre les deux hommes et dégénérer en agression. L’accusé lui a donné un coup sur sa jambe droite et a pressé son pied sur sa jambe, provoquant une fracture. Le quinquagénaire dit être tombé et n’a pu se remettre debout. Il a été transporté à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo où il a subi une intervention. Il a soutenu qu’il a déjà subi une intervention à la jambe droite dans le passé.

Contre interrogé, le déclarant a confirmé que d’autres proches résident dans la même cour et qu’ils utilisent tous les mêmes toilettes et salle de bains. Il a ajouté qu’au moment de l’incident, l’accusé prenait un pot en compagnie de son frère.

Pour sa part, le maçon a nié les accusations retenues à son encontre. Il a affirmé qu’il était en train de consommer des boissons alcoolisées avec le frère du déclarant, quand ce dernier est venu et l’a sommé de partir. Il a souligné que le déclarant est tombé suite à une altercation entre eux. Il a admis qu’il était assis près de la salle de bains où la belle-sœur du déclarant prenait une douche.

La cour a statué que le maçon a bel et bien agressé le déclarant. La cour a aussi relevé des contradictions dans les versions de l’accusé. Les dires du maçon n’ont pas convaincu la cour et il a été jugé coupable du délit.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor