Faits Divers

En cour intermédiaire : un homme de 54 ans coupable d’attentat à la pudeur sur une fillette

Cour intermédiaire Cet homme de 54 ans avait nié les allégations de la fillette de quatre ans.

Un habitant de Résidence La Cure, âgé de 54 ans, a été jugé coupable, le 27 mars 2019,  d’attentat à la pudeur devant la cour intermédiaire. La cour a estimé que la victime, en dépit de son jeune âge, a témoigné de façon convaincante. Elle a ainsi rejeté la version de l’accusé. Le quinquagénaire sera fixé sur son sort, le 2 mai 2019.

Le prévenu était accusé d’attentat à la pudeur sur une fillette alors âgée de quatre ans. Le délit avait été commis, le 18 mai 2016, au domicile de la victime, à Résidence La Cure. L’accusé, qui est le voisin de la petite, avait plaidé non coupable et était défendu par Me Ivishrao Bhikoo, avocat. La poursuite était représentée par l’avocate Kevina Poollay Mootien, Senior State Counsel.

La mère de la victime a relaté en cour que, le 18 mai 2016, elle a demandé à son voisin d’attendre que le car scolaire dépose sa fille devant son domicile. Elle a précisé qu’elle devait se rendre à la boutique, en compagnie de son époux pour s’acheter de quoi manger et que cela prendrait cinq minutes. Lorsqu’elle est arrivée, elle fut surprise de constater que sa fille avait déjà pris son bain et changé de vêtements. Pour ne pas la paniquer, elle l’a emmenée à la boutique pour lui acheter des gâteaux. En route, elle lui a posé des question et la fillette lui a révélé que le voisin s’était livré à des attouchements sexuels sur elle.

De son côté, l’accusé a réfuté les allégations faites à son égard. Il s’est défendu, soutenant que la fillette avait pris son bain et s’était changée elle-même. Il a déclaré que la mère de l’enfant lui a demandé d’attendre sa fille, car elle se rendait à Bois-Marchand pour s’acheter de l’héroïne. Il a aussi soutenu qu’il n’est jamais entré chez la victime et que la mère de la fillette a porté de fausses allégations contre lui, car elle lui devait Rs 6 000. Le jour de l’incident, l’accusé dit lui avoir réclamé le remboursement de la somme.

Selon l’inspecteur Ragavan, lors d’une Screen Identification Exercice menée aux Line Barracks, la victime a identifié l’accusé comme étant la personne qui s’est livrée à des attouchements sur elle. Dans son jugement, le magistrat Pranay Sewpal conclut que la victime est un témoin de vérité et qu’elle a déposé de façon convaincante lors de son témoignage. Ainsi, il a reconnu l’accusé coupable d’attentat à la pudeur sur la fillette de quatre ans.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor