Faits Divers

En cour intermédiaire : le superviseur en liberté conditionnelle pour tentative de vol de poisson congelé

Un vol de 526 kilos de poisson a été déjoué en décembre 2011 au Quai D.

Un superviseur de chambre froide a obtenu la liberté surveillée à l’issue d’un procès devant la cour intermédiaire, pour tentative de vol. Il a été reconnu coupable d’avoir, le 27 décembre 2011,  essayé de voler 526 kg de poisson congelé au Froid des Mascareignes Ltd au Quai D, à Mer-Rouge. Âgé de 48 ans, au moment des faits, l’accusé avait plaidé non coupable tout comme un poissonnier de Morcellement Guibies, Pailles. Celui-ci était poursuivi aux cotes du su superviseur. 

Pris sur la vidéosurveillance 

Selon le directeur de la chambre froide, lorsque le poisson est débarqué, il est pesé et mis dans un bac. Ensuite, une étiquette contenant l'identification du bateau, le type de poisson et le poids est apposée sur le bac. Il a soutenu que l'accusé avait le devoir de vérifier le poids du poisson qui sortait de la chambre froide. Or, le 27 décembre 2011, il y a eu un conteneur en excès qui a été décelé au cours d’une livraison. La valeur de cet excédent de poisson était de l'ordre de Rs 40 000 à Rs 50 000.

Dans sa version en cour, l’accusé a déclaré que le 27 décembre 2011, deux bateaux débarquaient du poisson et il devait placer le poisson dans la chambre froide. Selon la version du superviseur, il avait commis une erreur sur le poids du poisson. Il n'avait pas bien fait le calcul et n'avait pas remarqué qu'il avait autorisé un surplus de poisson dans le bac.

Or, le visionnage de la vidéosurveillance a permis de voir que l’accusé avait jeté une étiquette placée sur un bac. Fait que nie le protagoniste. Il avance qu’il avait jeté uniquement un morceau de papier retrouvé dans un bac à poisson. 

Dans son jugement dans l’affaire, la magistrate Nadjiyya Dauhoo a souligné le fait que le surplus de poisson avait déjà été embarqué sur un camion, qui a filé vers le pont-bascule. C’est là, que le pot aux roses a été découvert. La cour a jugé le superviseur coupable et a acquitté le poissonnier en l’absence de preuves.  Le superviseur a dû payer une caution de bonne conduite de Rs 10 000 et signer un engagement de dette de Rs 50 000. Il devra aussi bien se tenir pendant deux ans. Faute de quoi, il purgera trois mois de prison.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !