Xplik ou K

Emplois : sa demande pour de la main-d’œuvre étrangère rejetée, que faire ?

fast-food Le ministère n’octroie pas de permis pour des travailleurs d’entreprises de fast-food.(Photo d'Illustration)

Nawaz Toolsy, habitant de Plaine-Verte, est dans le flou. Cet homme d’affaires âgé de 56 ans explique qu’il a entamé des démarches auprès du ministère du Travail en vue d’obtenir un permis pour recruter des travailleurs étrangers au sein de son entreprise de fast-food.

« J’ai soumis une demande ainsi que tous les documents, en bonne et due forme, au département concerné du ministère pour obtenir le permis, hélas, mon attente s’avère plus longue que prévue », confie Nawaz. « Lorsque je me suis rendu au ministère pour savoir où en étaient les procédures concernant ma demande, on m’a informé que je devrais normalement obtenir une réponse au bout de quelques semaines. Malheureusement, six mois après, je n’ai toujours pas obtenu de réponse de cette instance », déclare-t-il indigné.

Interrogé à ce sujet, Leevy Frivet, attaché de presse au ministère du Travail a tenu à expliquer que « le ministère n’octroie pas de permis pour le grade de travailleurs dont il a fait la demande, soit pour les entreprises de fast-food ».

« Il y a certaines compagnies qui font une demande pour obtenir de la main-d’œuvre pour des entreprises, et par la suite ils reconvertissent les travailleurs étrangers dans d’autres secteurs. Je tiens à souligner que cette pratique est illégale et punissable par la loi », insiste Leevy Frivet. « Dans certains cas de figure, il est possible de faire appel si la demande a été rejetée, mais cela ne dépend pas de mes compétences, et les procédures doivent être suivies », dit-il. « Toutefois, le monsieur peut toujours faire une nouvelle demande pour être reconsidéré, car les procédures ont changé récemment. Les démarches prendront environ trois semaines avec le E-permit qui a été mis en place récemment », ajoute l’attaché de presse.