Interview

Emmanuel Cohet, ambassadeur : «Maurice est le champion africain du monde des affaires»

Emmanuel Cohet

Emmanuel Cohet, ambassadeur de France à Maurice, estime que les relations économiques franco-mauriciennes ont connu un développement significatif. En 2017, les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu une hausse de 37,2 % pour un montant de 863 millions d’euros.

Comment qualifiez-vous les relations entre Maurice et la France ?
Les deux pays ont une relation bonne et dynamique sur le plan économique. D’ailleurs, la France est l’un des premiers partenaires économiques de Maurice. Ils sont liés par une convention fiscale qui a été signée le 11 décembre 1980 puis ratifiée le 17 septembre 1982. La stabilité économique et le volontarisme de Maurice attirent l’investisseur français. En 2017, les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu une hausse de 37,2 % pour un montant de 863 millions d’euros.

Les exportations françaises ont augmenté de 60 % sur un an pour atteindre 559 millions d’euros, un accroissement qui s’explique par la livraison de deux aéronefs. Selon les derniers chiffres disponibles, les importations françaises en provenance de Maurice enregistre une hausse de 7,7 % par rapport à 2016. Le solde des échanges commerciaux franco-mauricien est structurellement favorable à la France, pour un montant annuel moyen de 65 millions d’euros.

Selon vous, les Français et les Mauriciens peuvent-ils collaborer sur des projets en Afrique ?
Tout à fait. Souvent présentée comme un exemple en Afrique, l’économie mauricienne est l’une des plus compétitives. De ce fait, Maurice est la champion africain du monde des affaires. Je vous cite l’exemple de l’Africa Arena. Nous sommes fiers d’avoir représenté Maurice aux côtés de l’écosystème French Tech Maurice et du Board of Investment, en Afrique du Sud. Nous sommes en discussions sur plusieurs projets : start-up françaises, numérisation, FinTech et canne à sucre.

Quels sont les axes de coopération pour les deux pays ?
Nous collaborerons ensemble car Maurice se positionne comme une destination de choix pour l’innovation. La FinTech, l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies constituent donc la force de Maurice. Ce pays est extrêmement bien placé pour agir comme hub vers l’Afrique. Outre le bilinguisme, plusieurs aspects séduisent : le fuseau horaire, la connectivité, le doing business, le lifestyle, la stabilité du pays, les conventions fiscales et la possibilité de lever des fonds à travers la Bourse de Maurice. La croissance verte et le changement climatique, sont également les axes les plus importants.

Comment voyez-vous l’avenir des relations bilatérales entre la France et Maurice ?
Je vois un bel avenir économique, social, politique et commercial. Par exemple, l’initiative SUNREF développée par l’Agence française de développement (AFD), soutient les institutions financières et leurs clients afin de stimuler le financement de projets de gestion durable des ressources naturelles, en mettant l’accent sur les énergies propres.

Les deux premières phases de SUNREF depuis 2008, plus de 100 millions d’euros ont été investis par des entreprises locales dans 150 projets écologiques. L’AFD lancera bientôt une nouvelle ligne de crédit de 75 millions d’euros pour les participants à SUNREF 3 dédiés au changement climatique et aux projets du genre.