Actualités

Émission Au Cœur de l’Info - Dr Jagutpal : «Les enquêtes prennent trop de temps»

Au Cœur de l’Info Ravi Rutnah (centre) est d’avis que cette sanction de la cour a envoyé un signal fort.

Appelé à commenter le fait qu’un de ses confrères, le Dr Abdool Yusuf Boodoo, va devoir purger une peine de six mois de prison pour homicide involontaire par imprudence lors d’une césarienne, le Dr Kailesh Jagutpal, président de l’Ordre des médecins, est revenu sur les procédures en cas d’erreurs médicales. C’était dans l’émission Au Cœur de l’Info sur Radio Plus, animée par Jane Lutchmaya et Eshan Dinally, mercredi.

Ainsi, le médecin souhaite des amendements à la Medical Council Act pour, entre autres, réduire le temps que prennent les enquêtes. Il a, par ailleurs, soutenu qu’il y a environ une cinquantaine de cas de négligence médicale tous les ans, dont une dizaine concernant des patients décédés.

Il se dit attristé par la condamnation du gynécologue Abdool Yusuf Boodoo. Selon lui, cela envoie un signal fort à tous les médecins afin d’être plus vigilants. Ce dernier a indiqué que le Medical Council n’est pas « un bouledogue sans dents », contrairement à la perception. Nous avons le pouvoir d’agir, insiste-t-il.

Ali Joomun, un ami du condamné et qui est aussi un gynécologue, a souligné que c’est un coup dur pour la profession, car c’est une première à Maurice qu’un médecin soit envoyé en prison pour imprudence. « La justice a envoyé un signal très fort. Tous cas où il y a mort de patients, il faut prendre des actions et il faut sanctionner », a-t-il dit. De plus, il trouve « injuste » que son collègue soit pénalisé, car le Dr Boodoo a déjà été suspendu de ses fonctions par la Santé. De plus, il rappelle que le médecin est radié et ne peut exercer en ce moment.

En sus, un proche de la victime, qui est également intervenu, a souligné que ce n’est pas évident de perdre un proche dans ces circonstances et qu’il s’attendait à un jugement plus sévère.

Par ailleurs, le député de la majorité Ravi Rutnah, qui était sur le plateau, a souligné que le jugement a envoyé un signal fort. « Dans les hôpitaux et les cliniques, les patients ne reçoivent pas toutes les attentions voulues. Dans les cliniques privées on n’entend pas de cas de négligences médicales », a-t-il dit.

En ce qui concerne la voix du député dans une bande sonore qui est en circulation, il n’a pas démenti que c’est sa voix mais a fait comprendre qu’il avait eu une conversation amicale avec quelqu’un et ne savait pas que la personne l’enregistrait pour ensuite  donner la bande sonore à un journal.

Le député a indiqué qu’on cherche à le nuire. Il a aussi indiqué que son leader Ivan Collendavelloo était présent quand il avait pris la parole lors du projet de loi curatelle et la motion d’Adrien Duval.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !