Défi Zen

Émilie Ducasse : femme entrepreneure innovante

Émilie Ducasse Elle a participé, en décembre, à la foire internationale Bijorhca, à Paris par le biais de l’EDB.

Son visage vous est-il familier ? Il y a de cela douze ans, Émilie Ducasse était l’un des mannequins les plus en vogue après avoir remporté le concours Face of the Year 2005. Aujourd’hui, la jeune femme porte plusieurs casaques : maman, créatrice, femme entrepreneur et directrice d’un dépôt-vente d’articles de luxe. Rencontre.

Pourquoi chômer lorsqu’on peut vivre à 100 à l’heure ? À 32 ans, Émilie Ducasse est une vraie boule d'énergie, une femme entrepreneure accomplie qui va à la poursuite de ses rêves. La création est pour elle son gagne-pain, mais aussi un moyen d'être indépendante. Aujourd’hui, directrice d’un dépôt-vente d’articles de luxe seconde-main, la jeune femme d’origine belge poursuit sa passion pour la création de bijoux et saisit toutes les opportunités qui se présentent à elle.

Sophistication, style et élégance s’incarnent dans un petit bout de femme. Émilie a toujours aimé les bijoux. « Lorsque j’étais enfant, ma maman m’achetait souvent des bijoux, car elle savait que j’en raffolais et je m’amusais à confectionner moi-même mes propres bijoux customisés, histoire de ne pas être comme les autres ». Le sens du business coulait déjà dans ses gênes. La jeune femme revendait ses créations à ses amies et à ses proches. Pourtant, après les études, elle s’orientera vers une filière plus classique, à savoir les finances, laissant sa passion pour l'artisanat au second-plan. Lors de ses études, Émilie est amenée à monter sa petite entreprise et mettra sur pied, sans réfléchir, une entreprise de bijoux.

Je suis une vraie pile électrique. J'ai sans cesse besoin de challenges et de me réinventer»

Émilie s’associe, alors avec sa belle-sœur pour mettre sur pied Tizio, des magasins spécialisés dans la confection de bijoux principalement en cristaux de Swarovski et autres accessoires de luxe. « Durant dix ans, j’ai tout donné pour faire rouler nos quatre magasins. À mes 30 ans, ce fut la remise en question. J’ai fini par fermer Tizio pour me diriger vers d’autres frontières ». Émilie s’essayera alors à l’immobilier. « J’ai tenu trois mois. J’avoue que c’était difficile de bosser pour des gens après avoir été entrepreneur tout ce temps ».

Amoureuse de belles choses et d’articles de luxe, elle finit par se remettre à son propre compte et lance le premier dépôt-vente d’articles de luxe seconde-main à Maurice : B You. « C’était aussi un moyen pour moi de continuer à vendre mes créations. Je suis moi-même un fan d'articles de luxe. Je préfère économiser pour acheter un sac de marque que j’utiliserais longtemps, plutôt que d’en acheter plusieurs. J’aime aussi revendre pour m’en procurer de nouveaux ». C’est dans la même foulée qu’elle met en place son concept de ventes-privées. « Je me suis retrouvée dans ce concept qui me permettais à la fois de créer et de continuer à rencontrer des gens et socialiser. Ce concept sur-mesure plaît aux clients ».

Émilie est au four et au moulin. « Je suis une vraie pile électrique. J’ai sans cesse besoin de challenges et de me réinventer ». En effet, après des bijoux en fantaisie fait-main, elle s’est lancée dans le design de bijoux en argent cette année. En septembre 2018, avec le soutien de l’Economic Development Board, elle se voit offrir l’opportunité de participer pour la première fois à la foire internationale Bijorhca à Paris. « J’ai pu non seulement y exposer mes produits, mais connaître les dernières tendances européennes afin de proposer des collections avant-gardistes ».

Après les bijoux en argent, elle s’est également lancée dans la confection de sacs-à-main et de paniers, toujours dans le concept chic et élégant. « Je fais très peu de pièces, donc des modèles uniques et limités ». L’année prochaine, Émilie projette déjà de réaliser des sandales : « Je me fixe chaque année de nouveaux défis à relever ».