Faits Divers

Elle surprend un individu nu dans sa chambre : l’intrus prend la fuite en laissant sur place son sous-vêtement

tribunal de Moka

Réveil en sursaut pour une jeune femme de 21 ans. Le 1 mars dernier, cette mère de famille, issue d’un village de l’Est dormait à poing fermé quand elle a été tirée du lit par la présence d’un intrus. Ce dernier nu se tenait à ses côtés. Elle a appelé à l’aide. En prenant la fuite l’imposteur, un habitant de la localité, a oublié son sous- vêtement sur place.

Aux enquêteurs, la victime, mère de deux enfants en bas âge est revenue avec moult détails sur ce qui s’est passé au cour de cette fameuse nuit. En effet, elle était dans sa chambre et ses deux petits dormaient à ses côtés. Vers minuit, elle a été extirpée de son sommeil. Elle dit avoir ressenti la présence d’un individu. « La personne s’est mise au lit. Je me suis réveillée et j’ai alors vu un homme », a-t-elle relaté à la police. Plongée dans l’obscurité, elle n’a pu voir visage de l’individu.

Ce dernier dit elle lui a immobilisé les mains et l’a embrassé de force au cou. La jeune femme ne se serait pas laissée faire. « Je me suis débattue pour sortir de ses griffes. Je suis parvenue à sortir du lit », poursuit-elle. Elle a immédiatement allumé la lumière.  Elle a été alors stupéfaite de constater que l’intrus était dans son plus simple appareil. Qui plus est, c’était un habitant du quartier, un homme âgé de 48 ans, un récidiviste connu de la police. « Il se tenait nu près du lit », a-t-elle précisé à la police.  Elle lui a réclamé des explications sur sa présence dans sa chambre.

Aux dires de la victime, le quadragénaire lui aurait alors rétorqué. «  exkiz mwa mo finn fer enn erer. » Elle est allée demander l’aide d’un voisin. En regagnant sa chambre, le suspect avait déjà pris la fuite. Elle a toutefois laissé une trace de son passage : son boxer est resté dans la chambre. Elle a également constaté qu’elle avait un suçon au cou. Elle a porté plainte contre  le forcené.

Le 7 mars dernier, la police a procédé à l’arrestation du récidiviste. Devant les accusations portées contre lui, le quadragénaire a nié toute intrusion dans la chambre de la victime et de tentative d’abuser d’elle. Il a comparu en cour de Moka sous une charge provisoire d’attentat à la pudeur. La police a objecté à sa remise en liberté sous caution.  Au bout d’une semaine, il a dû s’acquitter d’une caution pour retrouver la liberté conditionnelle.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !