Live News

Élections générales - décompte le même jour que le scrutin : 4 400 agents nécessaires par parti ou alliance

La proposition faite par le commissaire électoral, Irfan Abdool Rahman, GOSK, de procéder au décompte des voix le même jour que les élections générales séduit les partis politiques qu’il a rencontrés depuis le mardi 14 mai. Mais, elle a des implications pour chaque parti ou alliance et pour le bureau du commissaire électoral.

Au lieu des 12 000 à 13 000 fonctionnaires habituellement nécessaires pour le déroulement du scrutin, c’est environ 20 000 fonctionnaires qu’il faudra déployer. Maurice compte quelque 55 000 fonctionnaires. Avec le décompte des voix le même jour que les élections générales, c’est donc près d’un fonctionnaire sur trois qui devra travailler ce jour-là.

Quant aux partis politiques et alliances politiques qui auront trois candidats dans chaque circonscription, c’est approximativement 4 400 agents qu’ils devront mobiliser chacun. Car, ceux-ci auront besoin d’un ou de plusieurs agents par salle de dépouillement. Il faudra un responsable par candidat, par centre de vote, en plus de ceux qui travaillent dans les écoles, dans chaque salle de vote, centre de vote, région et circonscription.

« Ce sera un gros challenge », avance Khushal Lobine, député des Nouveaux démocrates (ND), qui fait partie de l’alliance PTr/MMM/ND. Après sa rencontre, le jeudi 16 mai, avec le commissaire électoral, il a indiqué qu’il est en faveur du principe des élections générales et du dépouillement le même jour, même si le défi est de taille.

« Si tous les partis et alliances sont d’accord avec le processus et le calcul administratif que le bureau du commissaire électoral veut mettre en place, la probabilité qu’on ait le décompte des voix le même jour que les prochaines élections est grande », déclare-t-il.

En plus de trouver le nombre d’agents nécessaires, l’autre challenge est leur formation. Il a suggéré au commissaire électoral que celle-ci  soit prise en charge par son bureau. Celui-ci a répondu que c’est plutôt aux partis et aux alliances politiques de s’en occuper.

Si cette formule est adoptée par les autres formations politiques, aucun amendement à la Representation of the People Act de 1958 ne sera nécessaire. Ces changements peuvent se faire par de simples « regulations ».

Registres électoraux

Lors de sa réunion le mercredi 15 mai, Linion Moris a formulé la proposition que le registre électoral soit publié au plus tôt le 16 juillet, c’est-à-dire bien avant que ce qui est prévu. Linion Moris s’oppose aussi aux fameux « computer rooms » qui avaient alimenté la polémique lors des élections générales du 7 novembre 2023. « Étant donné que le Registration Officer finalisera les objections et plaintes d'ici au 2 juillet, et en prenant en compte les nouvelles technologies et les ordinateurs puissants, le registre final peut être prêt rapidement pour publication », explique Dev Sunnasy.

La logique de Linion Moris est qu’avec les récentes modifications des frontières électorales dans huit circonscriptions les élections générales qui pourraient avoir lieu en août,  les formations politiques pourront mieux se préparer s’ils ont les registres électoraux bien en avance. 

Linion Moris s’oppose aussi à l’usage du Mobile-ID, du Bus Pass et du permis de conduire comme preuve d’identité pour les électeurs.

Vendredi, l’équipe du Bureau du Commissaire électoral a rencontré les représentants de Lalit. Ces derniers se sont aussi montrés favorables au décompte des voix le jour du scrutin. « Il y a eu hystérie collective sur le déroulement des élections la dernière fois. Pour nous, si on compte le même jour ce sera moins de pression sur le Commissaire électoral, mais on a des appréhensions sur les résultats le soir », avance Lindsay Collen. La proposition faite par le Commissaire électoral est d’ouvrir les bureaux de vote une heure plus tôt. Lalit y est favorable et a proposé de fermer les bureaux de vote à 16 heures au lieu de 17 heures, « afin d’avoir plus de temps pour faire le décompte ».

Le mardi 14 mai, l’équipe du bureau du commissaire électoral a rencontré les représentants du Reform Party. La semaine prochaine, des rencontres avec d’autres partis figurent à l’agenda du commissaire électoral.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !