Législatives 2019

Élections du 7 novembre : quand près d’un millier d’étrangers pourront voter

Aux termes de l’article 42 de la Constitution, 838 étrangers se sont fait enregistrer auprès de la commission électorale pour pouvoir exercer leur droit de vote le 7 novembre pour les élections générales mauriciennes.

Depuis lundi, l’information fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Comment des étrangers peuvent-ils voter à Maurice alors que les centaines de milliers de Mauriciens résidant à l’étranger ne peuvent voter pour les élections générales ? Pourtant, notre Constitution permet bel et bien aux étrangers de voter aux élections mauriciennes, et cela, depuis l’existence de la Constitution.

L’article 42 stipule que pour qu’un étranger puisse voter, comme tout autre électeur mauricien,  il doit « (a) être un citoyen du Commonwealth et être âgé d’au moins 18 ans et (b) avoir résidé durant une période de deux ans minimum immédiatement avant la date prescrite par le Parlement et y être résident à la date prescrite ».

Hypothétiquement, le nombre d’étrangers pouvant voter aux élections à Maurice dépasse amplement les 10 000. Et ce chiffre comprend les travailleurs étrangers qui résident légalement à Maurice depuis au moins deux ans.

Mais, cette disposition de la Constitution n’étant que très peu connue, peu d’étrangers en prennent avantage. Le registre de la commission électorale indique que le plus grand nombre de résidents étrangers souhaitant participer aux élections proviennent de l’Inde (523), suivi de l’Afrique du Sud (68), de la Grande-Bretagne (67) et du Bangladesh (45).

« Accorder le droit de vote aux étrangers est une vieille pratique qui existe dans certains pays du Commonwealth. Je me souviens que j’avais voté quand j’étais étudiant en Angleterre. C’était d’ailleurs la première fois que je votais », explique Milan Meetarbhan, constitutionnaliste. « La rationalité derrière est que les pays du Commonwealth ont une relation autre qu’avec ceux qui n’en font pas partie et que l’étranger qui est à Maurice contribue à l’économie et paie des taxes », ajoute Me Meetarbhan.

La même rationalité est valable pour les Mauriciens qui résident à l’étranger et qui ne peuvent voter aux élections mauriciennes. Reste que certains partis ou agents politiques peuvent prendre avantage de cette disposition de la loi et faire voter, des candidats de leur choix, des travailleurs étrangers qui ne comprennent pas nécessairement les enjeux des élections.

« Peut-être qu’il faudrait se pencher sur la question dans le cadre d’une grande révision constitutionnelle », conclut Milan Meetarbhan.

Électeurs non-mauriciens par pays
Brunei Darussalam 1
Ghana 1
Kenya 1
Malawi 1
Namibie 1
Nigeria 6
Singapour 2
Swaziland 2
Trinidad et Tobago 1
Ouganda 3
Zambie 1
Australie 3
Bangladesh 45
Grande-Bretagne 67
Canada 8
Inde 523
Malaisie 7
Mozambique 2
Pakistan 36
Afrique du Sud 68
Seychelles 40
Sri Lanka 19
Total 838
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !