Xplik ou K

Élan de solidarité : Holdem et sa «Cuisine du cœur»

Holdem La Holdem Foundation et des volontaires ont offert à manger aux nécessiteux à plusieurs lieux.

Il a suffi d’une initiative, de volontaires et de bonne volonté pour que le projet de la Holdem Foundation prenne forme. Le samedi 10 novembre, 300 plats ont été cuisinés puis distribués à des personnes vivant dans des conditions difficiles. Zoom sur ce projet de société.

Ils avaient prévu d’organiser une « Cuisine du cœur » une fois par mois. Mais vu le succès remporté par la première édition, la Holdem Foundation et ses volontaires songent désormais à une formule hebdomadaire qui permetta d’offrir davantage de repas à ceux qui en ont besoin.

La fondation et son équipe de bénévoles se sont d’abord réunies à Trèfles le samedi 10 novembre afin d’offrir des repas aux nécessiteux. Pas moins de 300 plats ont été préparés sur place. « Nous avons passé un bon moment avec les enfants de cité Trèfles. Hormis les repas, il y avait plusieurs activités, telles que des chants et des danses ainsi que du face-painting », expliquent Meritess Beeharry, co-fondatrice de l’association et Victoria Duval, thérapeute.

L’équipe a par la suite poursuivi sa distribution à Candos, Beau-Bassin, Rose-Hill et dans les rues de la capitale où elle est allée à la rencontre des sans-abri. « Nous avons reçu beaucoup de dons. Nous prévoyons de renouveler l’événement ce samedi dans la région de Bambous et de Trèfles. Nous remercions tous nos volontaires et partenaires », concluent-elles.


Des projets à la pelle

La Holdem Foundation n’existe que depuis décembre 2017, mais elle a déjà de nombreux projets à son actif. Elle prévoit d’en réaliser davantage, comme l’explique Meritess Beeharry, co-fondatrice de la fondation. « Nous ne sommes pas là uniquement pour donner à manger, ni pour la publicité. Nous comptons mettre sur pied d’autres projets. Nous avons déjà mis un centre médical à la disposition des enfants et nous prenons en charge quelques dépenses. Nous travaillons sur la mise sur pied d’une école spécialisée pour les enfants handicapés. »


Nathan Julie, l’initiateur : «Cette idée me trottait dans la tête depuis un moment»

Avec son ami Ludovic Smith, ils sont derrière la mise sur pied de ce projet. Tous deux sont des passionnés de cuisine. « Quand on aime manger, on doit aimer la cuisine », dit-il en riant. Cela fait plusieurs années qu’il s’est engagé dans son quartier à faire la différence dans la vie des enfants pour réduire la misère dans laquelle ils vivent. « C’est un projet qui me trottait dans la tête depuis assez longtemps. Je suis content d’avoir pu le concrétiser. »