Live News

Éducation : front commun de 87 collèges privés contre les directives de la PSEA 

Des élèves en classe dans un collège privé.

Les managers des collèges privés se sont regroupés pour contester le contenu d’une communication de la Private Secondary Education Authority en date du 15 octobre. Ils estiment que leur liberté n’est pas respectée. Ils n’écartent aucune action pour se faire entendre. Pour sa part, l’autorité dit qu’elle a agi dans la transparence.

«Managers should seek prior endorsement of the Authority before embarking on any major project in particular for Non-Recurrent expenses. » C’est une des phrases qui fâchent dans la dernière communication de la Private Secondary Education Authority (PSEA). Les managers des collèges privés se sont donc regroupés en un front commun. Ils ont organisé un point de presse, dans l’après-midi du mardi 26 octobre, au Saint Marys College de Rose Hill.

« Selon le document, il nous faut la permission de la PSEA pour nos projets dans nos collèges. C’est une mainmise totale, qui n’est pas acceptable, puisqu’elle enlève notre liberté », estime le président du front Basheer Taleb.

Le front prévoit une autre rencontre avant ce weekend pour décider de la marche à suivre. « Toutes les options sont ouvertes y compris l’option légale pour contrer cette communication. La PSEA est en train d’empiéter sur la gestion de nos collèges. Nous ne sommes plus libres d’avoir le projet d’éducation que nous voulons pour les élèves. »

Le président explique que depuis l’année dernière, ils sont soumis à une nouvelle formule de paiement de grant de la Private Secondary Education Authority (PSEA). 

« La new grant formula qui a été introduite est à l’opposé de ce que nous avions auparavant. Elle est en train d’asphyxier nos collèges lentement, mais surement… », ajoute le président du front.

Paiement retardé

Il précise que ces grants sont payés avec beaucoup de retard, ce qui rend difficile la gestion des collèges. « Un certain nombre de dépenses ne sont pas prises en compte par les grants de la PSEA, mais nous les faisons pour le bien-être de nos élèves. Parmi, il y a la distribution d’un petit déjeuner ou d’un déjeuner aux élèves. Avec le retard dans le paiement des grants, ce sont les enfants qui sont pénalisés ».

Selon Basheer Taleb, certains collèges n’ont pas obtenu de grant durant les trois derniers mois, alors qu’ils ont soumis tous les documents dans le délai prescrit comme le stipulent les conditions. Les managers affirment être pour la transparence dans les dépenses entreprises, afin d’éviter les abus. 

SeDEC partie prenante 

« C’est avec stupeur que nous avons pris connaissance de cette phrase. Nous sommes partie prenante des actions qui seront prises par le front commun. Il y a eu des rencontres avec la PSEA, mais cela n’a rien donné. Il y a eu des lettres officielles que nous avons envoyées pour exprimer nos désaccords avec la nouvelle formule, mais elles n’ont pas été prises en compte. Ce n’est pas bon pour l’éducation nationale d’avoir un seul système », fait ressortir Dr Jimmy Harmon, responsable du secondaire au Service diocésain de l’éducation catholique.

Transparence de la PSEA 

Un responsable de la PSEA indique que l’autorité a agi dans la transparence. Il dit avoir noté que certains collèges font des dépenses exagérées sur certains items. Et ces derniers affirment le faire dans l’intérêt des enfants. 

Concernant les paiements, ils ont été faits selon les réclamations et les vérifications entreprises par les préposés de la PSEA.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !