Faits Divers

Drogue : le facteur reste en détention

la poste Le prévenu avait réceptionné un colis d’héroïne à la poste centrale.

La Bail and Remand Court (BRC) a rejeté la motion de remise en liberté du prévenu Shunnil Poonye. Ce facteur avait été interpellé le 7 août 2017 dans le cadre d’une enquête policière sur un trafic de drogue en provenance de Madagascar et d’une valeur de Rs 10 millions. Il est accusé à titre provisoire de « drug dealing ». La police avait objecté à la motion du prévenu devant la BRC. Cela en avançant trois raisons. Notamment le risque qu’il tente de fuir une fois en liberté sous caution ou encore qu’il récidive. Aussi, la police dit craindre qu’il ne manipule des témoins dans l’affaire.

Selon l’enquêteur principal dans l’affaire, le prévenu est venu au bureau de la poste centrale le 2 août 2017, pour réceptionner un colis contenant de l’héroïne. C’était au cours d’une livraison surveillée. C’est le 31 juillet 2017 que la police avait intercepté un colis d’héroïne au Air Transport Service. Le colis, comprenant deux boîtes en carton provenant de Madagascar, était destiné à un habitant de la capitale. Il avait été expédié à la poste centrale de Port-Louis.

Les boîtes ont été placées sous surveillance. C’est le 2 août 2017 que le prévenu et son cousin facteur sont venus les récupérer. Cependant, selon la police, Shunnil Poonye a retourné le colis trois heures après. La police l’a interpellé le 7 août 2017 dans le sillage de cette enquête. Arrêté, le prévenu est relâché sous caution suivant une décision de la BRC en février 2018. Shunnil Poonye s’est acquitté d’une caution de Rs 500 000 et a signé une reconnaissance de dette de Rs 1 million. Le tribunal a aussi imposé un couvre-feu au facteur.

Toutefois, le Directeur des poursuites publiques, a logé une motion en Cour suprême pour revoir la décision de la cour de première instance de relâcher le prévenu. Et le 18 mai 2018, la Cour suprême a renversé la décision de la BRC.

Le prévenu a alors présenté une nouvelle motion de remise en liberté sous caution. Le magistrat Navish Jheelan, siégeant à la BRC, souligne dans sa décision que l’enquêteur dans l’affaire a affirmé que le facteur tenterait de fausser le cours de la justice puisqu’il avait enlevé deux témoins et agressé l’un d’eux à Albion le 3 août 2017. D’où sa décision de maintenir le suspect en détention.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !