Faits Divers

Drogue et articles prohibés à la prison : six mois de prison au garde-chiourme Sheik Mahazam Pheerungee

Sheik Mahazam Pheerungee Le garde-chiourme avait accepté de livrer de la drogue et des articles illicites à un prisonnier à la prison de Beau-Bassin.

Le couperet est tombé en cour intermédiaire, le mardi 29 janvier 2019. Le garde-chiourme Sheik Mahazam Pheerungee, 39 ans, a été condamné à six mois de prison. Il a été jugé coupable d’avoir accepté de livrer de la drogue et des articles prohibés à un prisonnier à la prison centrale de Beau-Bassin. Le garde-chiourme avait déclaré avoir été tenté par l’argent, car il était en difficultés financières.

«La cour ne peut ignorer la gravité des délits. En tant que Prison Officer, une amende ne sera pas justifiée dans votre cas », a affirmé la magistrate Bibi Razia Jannoo-Jaunbocus lors de l’énoncé du verdict, le mardi 29 janvier 2019 à l’égard du garde-chiourme, Sheik Mahazam Pheerungee.

L’homme a été condamné à six mois de prison sous deux accusations (i) possession de cannabis et (ii) possession de drogues dangereuses. Il a aussi écopé de trois mois de prison sous deux autres accusations d’avoir permis que des articles illicites soient remis à un prisonnier. Il purgera les peines concurremment.

« N’est-il pas possible de commuer la peine de prison en travaux communautaires ? Pensez à mes enfants », a plaidé le garde-chiourme à la suite du verdict. La magistrate devait lui rappeler que la loi ne prévoit pas de travaux communautaires pour des délits de drogue.

Quatre accusations

Sheik Mahazam Pheerungee, 39 ans et habitant Plaine-Verte, faisait l’objet de poursuites en cour intermédiaire sous quatre accusations. Les délits remontent au 24 janvier 2013 à la prison centrale de Beau-Bassin. Le garde-chiourme a été reconnu coupable, le 14 janvier 2019, par la magistrate Bibi Razia Jannoo-Jaunbocus.

Sous la première accusation, il lui est reproché d’avoir été en possession de 7,028 grammes et de 1,251 gramme de cannabis. Cette drogue devrait être livrée au prisonnier Jean Wendy Carré. Ce dernier avait été condamné en octobre 2008 par la cour d’assises à 22 ans de prison dans le sillage d’un viol collectif d’une adolescente de 17 à Flic-en-Flac en mars 2008.

Rs 10 000 de drogue

Sous la deuxième accusation, il est accusé d’avoir été en possession de comprimés Clonozepam pour être livré au prisonnier Jean Wendy Carré.

Sous les troisième et quatrième accusations, il avait en sa possession des articles illégaux : trois portables, batteries de téléphone, carte à puce et quatre écouteurs. Ces articles devaient être remis toujours au prisonnier Jean Wendy Carré. La drogue saisie en possession du garde-chiourme est estimée à Rs 10 000.

Sheik Mahazam Pheerungee avait plaidé coupable. Le garde-chiourme avait présenté des excuses et avait demandé la clémence de la cour à l’issue du procès. Il a souligné qu’il faisait face à une situation financière précaire et c’est ce qui l’a poussé à accepter à livrer cette drogue et les articles illégaux à un prisonnier. Il avait contracté des prêts auprès de Mutual Aid, mais n’arrivait pas à les rembourser.