Live News

Drame familial : une mère arrêtée pour avoir ébouillanté son fils dans son sommeil

victime La victime croit en l’innocence de sa mère.

Babita (prénom modifié) est une mère troublée. À 58 ans, elle ne pensait pas avoir des ennuis avec la police. Elle vit avec son fils de 34 ans à Petite-Rivière. Dimanche soir, ce dernier dormait quand elle l’a ébouillanté avec de l’eau chaude. La quinquagénaire a été arrêtée et inculpée en cour, lundi.

La mère n’a pas encore donné sa version officielle. Cependant, dimanche soir, après s’être rendue de son plein gré au poste de police, elle a laissé entendre qu’elle n’en pouvait plus des agissements de son fils. « J’ai intentionnellement versé de l’eau bouillante sur lui », a-t-elle reconnu. Babita a passé la nuit en cellule policière.

Lundi après-midi, elle a comparu en cour de Bambous sous une charge provisoire d’agression avec préméditation. Elle a dû s’acquitter d’une caution pour retrouver la liberté conditionnelle. La dame s’est refusée à tout commentaire après cette comparution. « Nous sommes encore en état de choc et ne savons pas ce qui s’est réellement passé », lâchent ses proches. Elle sera entendue en présence de son avocate.

«Mo mama pas pou fer sa»

Quant à son fils, il a été admis à l’unité des soins intensifs des grands brûlés à l’hôpital Victoria de Candos. Le corps couvert de bandages, il relate une tout autre histoire. « J’ai le corps endolori », lâche le jeune homme rencontré à l’hôpital. Selon ses dires, il n’a pas vu le visage de son agresseur. Il ne croit pas que sa mère ait pu commettre un tel geste. « Je suis conscient que je ne suis pas un enfant de chœur, mais ma mère ne pourrait jamais me faire une chose pareille », argue-t-il.

Il explique que dimanche, vers 22 heures, il dormait quand il a été tiré de son sommeil. « J’étais allongé sur le dos quand, soudain, j’ai senti une brûlure atroce sur le corps. Je me suis levé précipitamment. Monn gagne enn cout dilo so. Dilo la sorti depi dans lakaz meme, pas par la fenetre nanier. Monn lever monn galoper monn sorti. Pe bruler coma dire pima. Monn galoper monn sorti par la porte derrière », nous confie-t-il.

«  Mo mama pas pou fer sa li. Li enn mama li », lâche la victime. Le fils soupçonne plutôt un locataire qui habite la même cour. «Durant le week-end, nous avions eu une dispute. Il avait volé dans mon jardin. Je me suis expliqué avec lui et nous nous sommes querellés », relate le jeune homme. La police attend qu’il aille mieux pour faire la lumière sur ce qui s’est passé exactement.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective