Faits Divers

Drame en mer en 2015 ayant causé le décès d’un couple français : le skipper obtient un sursis

Louis Curtis Rezeda Louis Curtis Rezeda avait plaidé coupable lors de son procès en cour intermédiaire.

Il avait percuté un couple français, Dominique Antoine et Ewa Mikulska Baudron, dans le lagon de Belle -Mare ayant causé leur mort  le 23 février 2015. Quatre ans après, le skipper, Louis Curtis Rezeda, 53 ans, a écopé de huit mois de prison en cour intermédiaire. Sa peine a été mise en suspens pour voir s’il est éligible à des travaux communautaires. Il devra se présenter en cour le 25 avril 2019.

Louis Curtis Rezeda répondait d’une accusation d’homicide involontaire par imprudence devant la cour intermédiaire. Il lui était reproché d’avoir percuté un couple français, Dominique Antoine et Ewa Mikulska Baudron, âgés de 43 ans et 40 ans respectivement, dans le lagon de Belle-Mare alors qu’il pilotait un bateau de plaisance. Le couple, au moment des faits, pratiquait de la plongée en apnée (‘snorkeling’). Selon le rapport d’autopsie, les deux Français ont succombé à de multiples blessures.

L’accusé avait plaidé coupable. Il s’était repenti en présentant des excuses à la cour. Il a expliqué qu’après cet accident, son permis pour conduire un bateau de plaisance a été suspendu ces trois dernières années et qu’il s’est retrouvé sans emploi. Il est père de deux enfants.

Le 11 avril 2019, la magistrate Nadjiyya Dauhoo l’a condamné à huit mois de prison. Toutefois, elle a suspendu sa peine et réclamé un rapport social à l’égard de l’accusé pour voir s’il est éligible à des travaux communautaires. Ce dernier devra se présenter devant cette instance le 25 avril 2019 pour connaître sa sentence. De plus, son permis pour conduire un bateau de plaisance a été suspendu pour une période de douze mois. Cela après avoir considéré que les faits remontent à quatre ans et que l’accusé avait plaidé coupable.

À l’énoncé du verdict, la magistrate Nadjiyya Dauhoo souligne que l’accusé a, dans sa version à la police, concédé qu’il n’avait pas connaissance de cet accident. Toutefois, des preuves l’ont lié à l’accident. La police avait relevé du sang sur son bateau et, après analyse, il s’agissait de celui du couple.

La cour soutient que l’accusé se trouvait sur ce lieu réservé aux « sports nautiques » et que, le jour de l’accident, plusieurs personnes pratiquaient la plongée en apnée. Les bateaux de plaisance ne devaient donc pas s’y trouver là. Par ailleurs, un alcootest effectué sur l’accusé s’était révélé négatif.

La cour note que, par l’imprudence de l’accusé, deux personnes, deux étrangers, ont perdu la vie. Ainsi, elle l’a reconnu coupable d’homicide involontaire par imprudence.