Interview

Dr Vijay Kumar Torul : «Le cannabidiol peut aider à prévenir le cancer»

Dr Vijay Kumar Torul

Dentiste de formation, le Dr Vijay Kumar Torul détient aussi des qualifications en homéopathie et médecine alternative. Il livre ses impressions sur le cannabidiol en tant que patient et utilisateur de ce produit à des fins thérapeutiques au Canada.

Vous souffrez de douleurs associées au rhumatisme et vous êtes consommateur du cannabidiol (CBD) au Canada. Pouvez-vous nous expliquer les bénéfices sur votre santé de ce produit controversé ?
Merci pour cette question. Je suis avant tout un chercheur. Je me suis retiré du service public à Maurice alors que j’étais dentiste. Je suis enregistré comme praticien en homéopathie au Canada depuis 1999. J’ai mené des recherches dans la médecine homéopathique et de molécules de guérison. Nous avons trouvé le cannabidiol dans le cannabis. Moi je l’utilise pour mes douleurs associées au rhumatisme. Mais je n’en prends qu’au Canada, où j’ai émigré, car là-bas l’usage du CBD à des fins thérapeutiques est autorisé.

Vous êtes de passage à Maurice, avez-vous ramené du CBD dans vos valises pour traiter votre problème de santé ?
Je suis respectueux des lois. Je consomme du CBD uniquement quand je suis au Canada. Mais j’ai trouvé d’autres alternatives pour calmer mes douleurs comme le poivre noir par exemple qui contient une certaine dose de cannabidiol.

Je souligne que je ne force personne à utiliser le CBD, c’est un choix individuel. Au Canada ils ont fait le choix d’autoriser le produit dans le cadre thérapeutique afin que les patients puissent jouir d’une meilleure qualité de santé et de ne plus  souffrir.

J’ai fait des recherches dans ce sens car j’en avais besoin tout comme mes patients. S’il y a des personnes qui veulent faire usage du CBD pour avoir une meilleure santé, je vais encourager vivement de le faire mais ils doivent attendre que la législation mauricienne l’autorise. Je le dis en tant qu’utilisateur au Canada et non en tant que praticien à Maurice. Je donne mon opinion en tant qu’usager au Canada où le produit est commercialisé à des fins thérapeutiques et non comme produit psychoactif qui fait planer.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a des appréhensions concernant l’usage du CBD.
Le CBD ne cause ni ne développe aucune addiction et n’est pas une drogue avec laquelle on va s’intoxiquer. C’est un supplément alimentaire de santé qui est disponible au Canada mais aussi aux États-Unis et en France.

Maurice devrait réfléchir aux bénéfices du CBD maintenant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé sa reclassification. Mais il faut comprendre la différence entre le CBD et le Tétrahydracannabinol (THC). Le THC est une drogue récréative sur laquelle pèsent des restrictions de la part des autorités. Là nous parlons du CBD qui est disponible comme un supplément alimentaire de santé dans certains pays. Ceci pour dire qu’en tant que consommateur du CBD on peut l’utiliser pour assaisonner une salade ou l’utiliser dans le cadre d’un massage thérapeutique pour des douleurs articulaires, par exemple.

Des recherches ont montré que nous souffrons de douleurs pour une raison bien simple : des récepteurs dans notre organisme. C’est comme les récepteurs pour l’insuline que nous fabriquons. Il en est de même pour le cannabidiol dont nous avons les récepteurs, le système endocannabinoïde (ECS) dès la naissance et qui diminue graduellement avec l’âge.

Jusqu’à l’âge de 40 ans notre organisme a la capacité de produire de l’endocannabinoïde pour nous garder en bonne santé. Mais à la ménopause, pour la femme, et l’andropause, pour les hommes, il y a une déficience ce qui fait que l’organisme est malmené. Il produit de l’endocannabinoïde mais n’en reçoit pas en retour. D’où l’intérêt de consommer le CBD pour améliorer sa santé lentement mais sûrement, sans aucun effet secondaire.

Vous voulez dire que comme pour les vitamines C, D ou magnésium par exemple, il faut prendre des suppléments de CBD quand il y a une carence ?
Exactement, c’est comme un supplément alimentaire pour booster l’organisme. Notre organisme ne produit pas de la vitamine C mais nous devons en consommer pour stimuler le système immunitaire. Quant à la vitamine D nous pouvons l’obtenir en nous exposant au soleil pendant une vingtaine de minutes le matin et l’après-midi. Cela permet d’éliminer par la même occasion l’excès de cholestérol.

Je pose simplement la question : allez-vous attendre d’avoir le cancer pour ensuite utiliser le poivre noir ou le CBD quand vous allez aux États-Unis ou au Canada, ou vous allez attendre d’avoir votre cancer et aller faire une intervention chirurgicale ?

Il ne faut pas se tromper à mon sujet, je ne suis pas en train de cautionner la consommation de drogue mais je parle du CBD en tant que consommateur qui en fait usage comme moyen de traitement et de prévention.

Le cancer fait en effet beaucoup de ravages à Maurice. Vous pensez que le CBD peut aider à prévenir cette maladie ?
Oui, en effet. Cela me fend le cœur qu’on soit en train de construire un centre pour le traitement du cancer à Maurice. On ne parle que de traitement mais moi je parle prévention. De nombreuses recherches ont montré que le CBD peut être bénéfique pour réduire les cellules cancéreuses. Dans mes travaux je montre que les récepteurs sont présents dans l’organisme. Avec l’âge, quand le corps est fatigué, le système immunitaire ne peut plus lutter contre les cellules cancéreuses et c’est pour cela qu’elles prolifèrent. Mais nous ne prenons pas les substances nécessaires pour stimuler ces récepteurs. Il y a alors un dysfonctionnement. Cela commence par la fatigue, les maux de tête.

Je considère donc que le CBD peut aider à prévenir le cancer. Selon la classification de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) il y a trois types de prévention : primaire, secondaire et tertiaire. La prévention primaire consiste à prendre des mesures pour éviter une maladie à travers un mode de vie sain, une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique. Si la maladie est déjà là, il y a la prévention secondaire à travers les mesures pour ralentir ou arrêter la progression de la maladie et, si possible, retrouver sa santé complète. Si elle est irréversible, il y a la prévention tertiaire où il est possible de prendre des mesures pour empêcher le patient de mourir et améliorer sa condition de santé autant que possible.

Quelles sont les maladies qu’on peut traiter avec le CBD ?
Toutes les maladies chroniques : diabète, hypertension, cancer etc.

Vous avez fait le tour des bienfaits du CBD, d’où vient toute cette polémique ou crainte concernant son utilisation ?
Il y a des mauvaises informations concernant le cannabis. Ce que nous savons sur le sujet nous l’avons surtout appris d’une tierce personne. Pour pouvoir prendre une décision éclairée nous devons nous informer comme il le faut et écouter les expériences des utilisateurs. Je ne suis pas en train de faire la promotion du cannabis, que ce soit clair. Je parle de ce que je vis au Canada.

Bioexpress

Le Dr Vijay Torul est détenteur d’un Baccalauréat en chirurgie dentaire, MSC Santé publique dentaire, un MD en Médecine Alternative. Il est membre de l’académie internationale de dentisterie biologique et de médecine, membre du collège américain pour l’avancement de la médecine, enseignant en médecine intégrative et anime des sessions de formation au Mauritius Institute of Health quand il est à Maurice.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !