Live News

Dr Shameem Jaumdally : «Le confinement est une mesure arriérée»

Le Dr Shameem Jaumdally prend à contrepied ses collègues médecins qui réclament un confinement.

Un confinement serait inutile en raison du fort taux de cas actifs dans la communauté, estime le virologue Shameem Jaumdally. Il était l’un des invités de l’émission « Au cœur de l’info », animée par Anoop Dhookeeya et Jane Lutchmaya sur Radio Plus le mercredi 1er décembre.

Lors de son intervention, le Dr Shameem Jaumdally a d’abord commenté la situation en Afrique du Sud où le nouveau variant Omicron semble être déjà dominant. On ne peut pas, dit-il, comparer le variant Omicron au variant Delta. Omicron était en circulation en Afrique du Sud dès le mois d’octobre en Afrique du sud. Le Dr Jaumdally pense ainsi que le nouveau variant est « très probablement présent dans divers pays du monde ». 

« Il faut apprendre à vivre dans la nouvelle normalité jusqu’à ce qu’une solution technique soit trouvée. Réintroduire un confinement comme tel était le cas en 2020 est une stratégie arriérée. Valeur du jour, nous ne pouvons plus parler de confinement. Le nombre de cas actifs au sein de la communauté se comptabilise par milliers. Le virus ne pourra disparaître s’il y a un confinement. Il faut introduire de nouvelles restrictions.», propose le Dr Jaumdally. Selon lui, le nombre de 50 personnes dans les cérémonies serait exagéré. 

Aucun cas d’Omicron

Intervenant aussi dans l’émission de Radio Plus, le Dr Janaki Sonoo, Acting Director des Laboratory Services du ministère de la Santé, indique que les résultats des séquençages pour les passagers qui ont débarqué à l’aéroport de Plaisance samedi, en provenance d’Afrique du Sud, seront connus dans une semaine. « Aucun variant n’a été détecté sur les passagers », a-t-elle annoncé. Elle a rappelé que 2 000 tests PCR sont effectués quotidiennement et que 3 800 tests ont été effectués par jour durant la « peak period ». Janaki Sonoo souligne que « le séquençage est effectué comme un moyen de surveillance ». Elle précise qu’à ce jour « aucun cas lié au variant Omicron n’a été détecté en laboratoire » à Maurice.

Pour sa part, l’épidémiologiste Deoraj Caussy souligne qu’il n’y a pas assez de données sur le variant Omicron pour le moment. C’est pourquoi, dit-il, il ne faut pas céder à la panique. « Il y a trois raisons pour lesquelles nous ne devons pas avoir peur du variant Omicron. Les vaccins immunisent entre 60 % et 90 %. Les antiviraux, qui sont efficaces, peuvent être utilisés. Le port des masques de protection et la distanciation physique sont scrupuleusement respectés », ajoute le Dr Deoraj Caussy.

Le Dr Gerard Lan Cheong Wah, spécialiste en médecine interne, précise que le variant Omicron est plus contagieux mais moins symptomatique que le variant Delta. « Ne cédons pas à la panique pour quelque chose que nous ne savons pas. Il est prouvé que la durée de vie d’un vaccin oscille entre quatre à six mois. Une fois cette période franchie, le vaccin devient de moins en moins efficace.» Le médecin estime ensuite qu’il faut réintroduire l’ordre alphabétique dans certains espaces publics car, juge-t-il, les restrictions sont insuffisantes.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !