Interview

Dr Gunter Pauli, spécialiste de l’économie circulaire : «Il nous faut des gens qui ont beaucoup plus d’ambition»

Gunter Pauli

Auteur et professeur de renommée mondiale, le Dr Gunter Pauli a animé une conférence le mercredi 6 mars, évènement rendu possible par IBL Limited. Il a brassé large tant en termes d’exemples concrets que d’idées.

> Vous n’êtes pas un prêcheur. Vous n’êtes pas un missionnaire. Gunter Pauli, qui êtes-vous ?
Je suis l’homme qui fait. Je suis un peu l’emmerdeur, le catalyseur, l’homme qui souhaite que les choses se fassent. Aujourd’hui, pour moi, le plus grand problème, c’est qu’il n’y a pas assez de gens qui agissent. J’espère qu’après cette conférence. beaucoup de gens se disent que « si lui il l’a pu, moi aussi. » L’élément-clé est « le faire ». J’aimerai bien inciter les personnes à agir.

> Lors de la conférence, vous avez partagé ce constat d’absence d’actions à la parole. Ce constat date-t-il d’aujourd’hui ou des décennies précédentes ?
J’ai été à l’écoute de gens ayant fait de grandes déclarations, qui ont prêché des idées extraordinaires. J’ai constaté que peu de gens passent à l’action. La politique a été très conservatrice. Je crois que nous avons besoin de gens qui ont beaucoup plus d’ambitions, des gens qui souhaitent émuler, cette grande personnalité qu’a été Steve Jobs (fondateur d’Apple), de créer des choses auxquelles nous n’avions jamais pensé. Par la suite, tout le monde s’est dit que c’est évident et c’est ce qu’il fallait faire.

> Un leitmotiv dans votre discours a été le retour aux cinq éléments, la redécouverte de la nature. N’allez-vous pas à contre-courant de ceux qui parlent de chiffres et croissance ?
Je peux aussi parler des chiffres. Ce n’est pas parce qu’on parle de la nature et un retour à cette découverte des cinq royaumes de la nature que je ne peux parler de chiffres. Si on constitue une chaîne de production incluant des cochons avec la drêche, les champignons, les algues, les bactéries et les poissons, on pourrait générer des revenus de 15 000 dollars à l’hectare. C’est extraordinaire. Je peux parler chiffres. Avant tout, je dois parler de mes passions et de cette opportunité de se reconnecter avec la vérité de la vie.

> Maurice est un importateur net de nourriture. Est-ce choquant ?
C’est facile à changer. Maurice dispose d’une terre extraordinaire. Elle est encore en bon état. Après des siècles sous la culture de canne, vous disposez d’autres opportunités. Faites-le. Invitez les jeunes à le faire.

> Pourquoi faudrait-il apprendre aux jeunes à rêver ?
Si un jeune est à l’écoute de ses parents. Il apprend comment tombe la pomme. Ce jeune se pose la question : mais comment la pomme est montée ? Parce qu’avant de se soumettre à la loi de gravité, la pomme a dû aller contre ces forces. Pourquoi les parents ne savent-ils pas répondre ? Dans notre société et dans notre tête, nous n’avons pas encore pris le temps de bien comprendre comment fonctionne la nature, comment l’eau s’accumule dans la noix de coco. Il y a tant de questions qui sont à la base de la logique de la vie qu’on ne se les pose même pas. Quand nos enfants sont capables de nous expliquer les sept lois de la physique qui permettent d’aller contre la loi de la gravité, nous avons une jeunesse intelligente. Pourquoi n’enseignons-nous pas tout cela à l’école ? Parce que même les professeurs ne le savent pas…

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !