Actualités

Dossier Sobrinho : l’homme d’affaires s’apprête à quitter le pays

Alvaro Sobrinho Cinquième séance d’interrogatoire pour l’homme d’affaires.

Après cinq interrogatoires à l’Independent Commission against Corruption (Icac), depuis son arrivée à Maurice jeudi, Alvaro Sobrinho s’apprête à quitter le pays. Il a entamé les phases finales de son audition en présence de son avocat, Me Moorari Gujadhur. Il a déjà balancé le nom de son « contact point » à Maurice.

Lors de son audition qui a eu lieu mercredi, entre 10 et 17 heures, Alvaro Sobrinho s’est expliqué sur ses financements. C’était la cinquième séance d’interrogatoire passée au Reduit Triangle, en présence de son avocat, Me Moorari Gujadhur. Les enquêteurs se sont intéressés à la Platinum Card octroyée à l’ex-présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, par Planet Earth Institute, une organisation d’Alvaro Sobrinho.

Le businessman a été interrogé sur ses financements en Angola, au Portugal, en Suisse et en Allemagne. Les exercices de « Know Your Customer » (KYC) entamés par divers établissements bancaires de ces pays ont été passés au crible. Le businessman a produit divers documents relatifs à ses transactions et investissements aux hommes de Navin Beekarry.

À l’issue de la séance de mercredi, Alvaro Sobrinho a été autorisé à partir. Il est probable qu’il retourne au QG de l’Icac ce jeudi 30 août. S’il a pris l’engagement de rester à la disposition des enquêteurs, ce délai ne devrait pas durer.

Sydney Bathfield, président de Royal Park, a également été entendu par l’Icac sur les procédures suivies pour l’acquisition de villas de luxe au sein de Royal Park par Alvaro Sobrinho.

Des jets privés surveillés à Plaisance

Depuis que sa présence au pays a été signalée par le Passport and Immigration Office (PIO), l’Icac a placé Alvaro Sobrinho sous surveillance rapprochée. Des éléments de l’Icac sont postés à l’aéroport et en d’autres lieux stratégiques pour qu’il ne s’enfuie pas du pays. Un jet privé, soupçonné d’avoir été commandité par Alvaro Sobrihno, avait été aperçu durant le week-end. Depuis mardi, l’aéronef a quitté la piste de Plaisance.

Toutefois, une équipe comprenant des éléments de la brigade anticorruption reste mobilisée à l’aéroport pour éviter que l’homme d’affaires ne quitte le pays avant la fin de l’enquête. Tous les mouvements des jets privés sont surveillés par les éléments de l’Icac par précaution.