Politique

Dossier chagos - Kushal Lobin : «Il ne faut pas mettre notre économie en péril»

Kushal Lobin Kushal Lobin, porte-parole du PMSD.

«Le vrai travail débute après les délibérations à la Haye. Nous avons plusieurs accords avec l’Angleterre, et avec le Brexit on ne doit pas mettre notre économie en péril. » C’est ce qu’a souligné Kushal Lobin porte-parole du Parti mauricien social démocrate (PMSD) lors d’une conférence de presse le samedi 8 septembre à Astor Court, Port-Louis. 

Le porte-parole des bleus a souligné que le contentieux sur les Chagos n’est pas une question politique, car cela concerne notre souveraineté sur l’archipel. « Nos amis Chagossiens mènent un combat depuis très longtemps et le PMSD a toujours était pour leur retour sur leurs îles. Nous n’étions pas contre l’Indépendance, mais nous avons demandé un référendum pour savoir dans quelles conditions on l’obtiendrait. En 1976, Gaëtan Duval avait souligné que nous refusions d’envisager de céder un pouce de notre territoire dans le cadre de l’Indépendance », a-t-il dit. 

Selon Kushal Lobin, c’est après les délibérations à la Haye, que commencera le plus grand combat. « On doit avoir recours à la diplomatie pour négocier avec les Britanniques pou pa kas figir. Surtout qu’avec le Brexit, le Royaume-Uni va revoir tous ses accords. Ce pays est l’un de nos plus grands partenaires commerciaux. Il y va de la survie de plusieurs secteurs à Maurice. Nous devons savoir comment engager ces négociations. Il ne faut pas mettre en péril notre économie. Nous devons jouer le jeu correctement », a-t-il ajouté. 

Concernant la réforme électorale, le porte-parole du PMSD a affirmé que « la moindre des choses c’est d’avoir des débats approfondis afin qu’on puisse s’exprimer ». « Encore une fois, on fonctionne dans l’opacité », a-t-il ajouté. Il a indiqué que le gouvernement souhaite augmenter le nombre de représentants des Mauriciens au Parlement. Ce qui, a-t-il dit, suppose, « une augmentation des dépenses ». Kushal Lobin se demande ce qui va se passer pour les institutions qui doivent surveiller les financements des partis politiques, comme l’Electoral Supervisory Commission. 

Il a aussi souligné que le PMSD a des doutes concernant les amendements qui seront apportés. « Nous invitons le gouvernement à publier un white paper afin qu’il y ait un débat », a-t-il proposé. Selon lui, le plus gros souci est la délimitation des circonscriptions. « S’il faut apporter une réforme, il faut d’abord se pencher sur le gros problème qu’est le découpage électoral. Une réforme doit approfondir la démocratie. Il faut arrêter l’hypocrisie sur l’ethnicité. Les Mauriciens doivent savoir les grands changements qui seront apportés », a-t-il affirmé.

L’accord de pêche que le gouvernement compte signer avec le Japon était également au menu. Kushal Lobin a souligné le parti avait des réserves sur la question. « Ces bateaux pêcheront-ils des dauphins et des baleines dans nos eaux territoriales ? Il faut de la transparence », a-t-il insisté.