Xplik ou K

Dortoirs pour travailleurs étrangers : plus qu’un problème environnemental, un problème social

Dortoirs pour travailleurs étrangers Un camion chargé de matériaux pour la construction du bâtiment.

Un dortoir accueillant des travailleurs étrangers aux coutumes et habitudes différentes des nôtres peut être source de problèmes pour le voisinage. Mais d’abord, tous ces dortoirs ont-ils le permis requis ?

Farzana habite Terre-Rouge. Elle rapporte qu’une voisine a transformé la maison située près de la sienne, en dortoir depuis trois ans. «Cette même femme construit actuellement un deuxième dortoir sur ce terrain. A-t-elle les permis requis ? », s’interroge-t-elle.

Le comble, dit-elle, c’est que le dortoir a été aménagé sans que les voisins n’aient été avertis. D’où leur grogne de voir cette « invasion » d’étrangers : « Après des travailleurs bangladais, ce sont une quarantaine de travailleurs malgaches qui sont logés… »

Les voisins disent ne pas se sentir en sécurité. Selon Farzana, « ils boivent souvent, allument des feux de camp, marchent vêtus d’un seul boxer, taquinent les filles. » Et pour aménager le nouveau dortoir, un camion débarque des matériaux, bloquant le passage. « Quand on demande au chauffeur de bouger le camion, la dame se met en colère, insulte les voisins », affirme la plaignante. Celle-ci soutient que des plaintes ont été logées auprès du conseil de district de Pamplemousses, de la Citizen Support Unit, à la police de Terre-Rouge.

« Je suis allée au Conseil de district les 11 et 19 mars. Les officiers du conseil ont promis de faire un constat, mais ce fut une vaine promesse. »

Sunael Purgus, président du Conseil de district de Pamplemousses, dit être au courant et avoir rencontré la plaignante. « J’ai promis d’envoyer des inspecteurs vérifier si le dortoir opérait avec un permis et si la construction du deuxième édifice se faisait avec un Building and Land Use Permit, selon le plan approuvé. À ce niveau des travaux, nous ne pouvons certifier si la propriétaire bâtit un dortoir ou non. Mes inspecteurs ont effectué une site visit. Nous examinerons ce cas lors de notre prochain comité. Nous prendrons la décision qui s’impose », assure le président.


Le ministère du Travail : «Les dortoirs poussent comme des champignons»

Quelles conditions sont attachées à la gestion d’un dortoir pour des ouvriers étrangers ? Certaines explications du ministère du Travail surprennent.

« Les gens ne se tournent pas vers la municipalité ou le conseil de district quand ils recherchent un permis pour construire un dortoir. Ils contactent ses instances pour le Building and Land Use Permit », explique Leevy Frivet, l’attaché de presse du ministère du Travail. « Si la personne bâtit une maison et veut la convertir en dortoir, elle contactera le ministère du Travail. Deux institutions entreront en jeu : le ministère de la Santé pour veiller aux conditions d’hygiène, l’entretien des lieux, le nombre d’ouvriers hébergés. Ensuite le Mauritius Fire and Rescue Service pour s’assurer que les installations électriques sont aux normes. Le tout sera discuté lors d’un comité au ministère du Travail qui accordera un Lodging and Accomodation Permit (LAP). »

Il ajoute : « Vous serez étonné d’apprendre que même le propriétaire d’une maison NHDC, dûment achetée, peut la transformer en dortoir ! À condition, bien sûr, d’obtenir le LAP du ministère du Travail. Sans le LAP, nul ne peut opérer un dortoir et il faudra respecter le nombre de travailleurs censés y loger.»

Selon Leevy Frivet « nul n’a construit de dortoirs à Maurice. La plupart du temps, ce sont des maisons, d’anciennes usines et magasins qui ont été transformés en dortoir. S’il y a la garantie que les étrangers y sont logés de manière décente, le LAP sera accordé par le ministère du Travail. » De plus, un groupe de travailleurs peut être logé dans une maison normale, s’ils appartiennent à une même famille (mari et femme, frères, sœurs, oncles et neveux, nièces, etc.). Là, un LAP ne sera pas obligatoire. Et contrairement à Singapour où il y a des lieux spécialement consacrés aux dortoirs, à Maurice, seule l’usine CMT a dédié un site pour des dortoirs. « Sinon, les dortoirs poussent comme des champignons à Maurice qui accueille 40 000 travailleurs étrangers », conclut l’attaché de presse.


Permis pour dortoir

Faut-il un permis particulier pour un dortoir ? Sunael Purgass explique : « Autrefois, aucun permis n’était nécessaire. Ainsi, des gens ont aménagé des dortoirs sans avoir besoin de permis pour ce faire. De nos jours, il faut un Building and Land Use Permit pour toute construction et respecter les normes et le plan soumis.»

Donc, nul besoin pour le conseil de district de soumettre un permis spécifique pour un dortoir. Le simple Building and Land Use Permit suffit pour l’aménager. La personne sera dans l’illégalité si elle ne dispose pas de ce permis spécifique. Toutefois, précise le président Purgus, « il n’est pas nécessaire d’avoir un trade licence pour que le bâtiment fonctionne comme dortoir. La personne en est exemptée, car l’emplacement ne sera pas utilisé pour une activité commerciale (cinéma, supermarché, etc.). Il faudra seulement respecter les normes. »

Il conclut que des dispositions nouvelles ont été adoptées, il y a deux mois environ, pour la gestion de dortoirs (pour étrangers) avec un amendement apporté au Building and Land Use Permit. « Une centaine d’inspecteurs ont été recrutés au niveau des municipalités et des conseils de district pour apporter bon ordre dans ce secteur. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation